ARTICLE11
 
 

jeudi 5 mai 2011

Médias

posté à 18h56, par Lémi
19 commentaires

J’ai testé pour vous : « Challenges », hebdo Total
JPEG - 23.8 ko

Acheter Challenges, l’hebdomadaire de la gauche (sic) libérale et patronalo-nantie, n’est pas seulement l’occasion d’en mettre plein la vue à son kiosquier – SARL Lémi Inc, oui Monsieur –, c’est aussi une bonne manière de pénétrer par effraction dans les intérieurs crâniens louches des carpes humaines qui guident ce pays. 20 000 lieues sous les glaires, bathyscaphe conseillé.

JPEG - 109.4 ko

Aujourd’hui, c’était ma première fois. Par le passé, j’avais souvent été tenté, notamment par leur catch-line/gimmick de maboul – «  Que dit l’économie cette semaine ? » Dis-moi vite, je tiens plus –, mais avais toujours raison gardé, conservé ma thune pour des lectures saines –Super GTI Mag ou la très sous-estimée Gazette des uniformes. Mais là j’ai craqué, c’était plus fort que moi. Une bonne raison à ça : en couverture du numéro du 5 mai, c’est Christophe de Margerie qui triomphe, moustache et bajoues hautes, avec un titre salement alléchant : « Énergie, la vérité ». Je ne sais pas pour toi, mais moi, quand le PDG de Total, plus grand groupe pétrolier de France (et dans le big four mondial, cocorico), me promet la « vérité » sur l’énergie, je fonce. L’instinct.

J’ai beaucoup appris de cette lecture. D’abord, je ne savais pas que Christophe de Margerie, neuvième fortune de France, était un rigolo. Je le croyais froid et vénal, comme ses pairs (vois jusqu’où la malsaine rhétorique de la lutte des classes nous pousse : de joyeux zigues dépeints en salopards juste parce que possédants – affligeant). Mais non. Comme l’écrit Vincent Beaufils dans l’éditorial de ce numéro, Margerie est un type « détonnant  ». C’est même le titre de l’édito : « Détonnant  ». Ah ah, quel drille ce Margerie, t’as qu’à demander aux esclaves Birmans, il y a même un proverbe en l’honneur de son entreprise là-bas – Total dans la place ? Totale poilade. Et chez AZF Toulouse, propriété de Total, nul doute qu’ils goûtent pas mal l’utilisation du terme détonnant...

Les premières lignes de l’édito du Beaufils ne manquent pas d’humour, le keum n’est pas le premier butor venu, il sait que ça pourrait jaser, si – mettons – l’interview était publié ailleurs que dans la presse patronale, division Strauss-Kahn : «  Il peut paraître étrange d’ouvrir notre enquête de couverture promettant « la vérité » sur l’énergie avec une interview du patron de la quatrième entreprise pétrolière de la planète. » Indeed, mon gars. Mais voilà, insiste Beaufils, Margerie est pas le mauvais bougre : « curiosité fantasque  », « logique déconcertante  », « sans langue de bois » etc etc, ce n’est plus un patron, c’est un pounk des affaires. Le mec aurait du sang sur les mains, on ne s’en rendrait même pas compte tellement il détonne. Les choses sont bien faites. Mieux, «  il assume tout : la fermeture de la raffinerie de Dunkerque, la présence de son groupe en Birmanie, le litre de carburant à deux euros... » Hmm. Tu dis ? Il « assume » ? Fantastique...

Alléché par un tel édito, je file directement à l’entretien. Et là, je vais te dire, je trouve qu’il y a un peu abus de confiance, publicité mensongère. Deux petites pages ou moustache & bajoues ne dit rien de rien. Tiens, la Birmanie qu’il est censé « assumer » ? Expédiée en deux lignes : « L’argent du pétrole ne justifie pas tout [Impayable, ce Margerie, on vous dit]. Aujourd’hui, dans tous les pays où nous travaillons, nous y sommes parce que nous pouvons agir conformément à notre code de conduite. C’est vrai, y compris en Birmanie.  » Pour ceusses qui seraient incrédule, prière de s’adresser à un célèbre French Doctor, paraît que c’est un spécialiste. Le reste de l’entretien est encore plus vide. On hésite à s’étonner réellement que le patron de Total, pas des masses de billes dans le nucléaire, soit un tantinet critique sur la question atome. Comment dire ? Mon Beaufils a beau en faire des tonnes dans son édito (« Qui en France se serait permis, avant l’accident de Fukushima, de reconnaître que l’énergie nucléaire avait un avenir des plus incertains ?  » Oui, qui ?), ça me semble un peu facile. Comme si on félicitait le PDG de rosé d’Anjou Inc. d’avoir dénoncé le lobby de la bière.
Seul point intéressant : les déclarations de Margerie sur les énergies renouvelables qui prouvent que le type et son board ne sont pas totalement neuneus, le greenwashing est en cours, de nouveaux habits verts pour les suceurs de planète. Du pétrole ? Meuh non : «  Nous investissons donc dans des énergies nouvelles : le solaire, le charbon propre, la biomasse et peut être le nucléaire. » Quant à savoir ce qui le motive dans les affaires, c’est surtout le dialogue, la curiosité de l’autre, la beauté du monde. Christophe de Bisounours dixit : « [Au G20], on apprend à se connaître, à s’écouter ». Plus loin, Monsieur se fait philosophe : « On ne sait jamais tout. Si l’on veut connaître la fin avant de commencer, il n’y aura jamais de fin parce qu’il n’y aura pas eu de début ». Puissance de la pensée margerienne qui fait d’une pierre deux coups : 1/ envoyer du steak philosophique ; 2/ renvoyer les tristes obscurantistes à leur caverne et à leur âge de pierre.

Malgré tout, je suis frustré – on m’avait promis la « Vérité  ». So, je cherche dans le reste du magazine des raisons de ne pas pleurer mes 2,5 euros. Quelques perles me consolent un peu – je stoppe assez longuement sur ce bel article de Patrick Arthus intitulé « Les retombées positives du tsunami japonais », qui explique quelle vitalité attend l’empire du Soleil levant, petits chanceux, va –, je reluque les quatre pages de pub Audi qui ouvrent le magazine (eh, Beaufils, tu sais pas lire ? Strauss-Kahn roule en Porsche...). Las... Enthousiasme vite émoussé. L’enquête de 24 pages (j’ai compté) sur les meilleurs MBA me laissant un peu froid (je ne sais pourquoi, avec l’âge je me fais exigeant), j’abandonne ma lecture. Pas le courage, il fait beau dehors, les pélicans gazouillent, et j’overdose du MBA.
D’ailleurs, plus j’y pense, plus j’en suis convaincu : j’aurais très bien pu écrire ce papier (sic) rien qu’en zieutant attentivement la couverture, tout y est. Même : un simple zoom sur le regard vide de moustache-bajoues tricotant avec ses mains un avenir énergétique planétaire en « une » aurait suffi. Monde de merde.


COMMENTAIRES

 


  • jeudi 5 mai 2011 à 22h46, par Mohican

    Christophe-Gabriel-Jean-Marie Jacquin de Margerie a toujours été le roi de la poilade et du fendage de gueule.

    D’ailleurs il y a quelques années il s’était essayé à la Bande Dessinée après avoir légèrement modifié son patronyme.



  • vendredi 6 mai 2011 à 01h37, par *

    HAHA (smiley gras)
    En même temps quand tu voit la tête du gros bonhomme, tu peux t’attendre a tout
    HAHA
    Il est bon d’être curieux, merci bien.



  • vendredi 6 mai 2011 à 02h57, par tOrdReLoRdrE

    Chat-lange le journal dont on fait litière, c’est fort ce mélange de cynisme à l’état pur, de pompage de teub pseudo journalistique et cette maquette qu’essaye de rendre le tout fun. Ça prend une réelle valeur avec le temps et l’histoire, relisez quand vous tombez dessus des mags de l’ère Giscard...la même dans le jus de l’époque. Faudrait un prix Poucavelitzer.



  • vendredi 6 mai 2011 à 09h32, par O*

    Un côté maso, effectivement, chez Lémi... Allez plus loin que cette trogne en une, on s’approche vraiment du gonzo du bandeau... Gonzo du Bandeau, ça c’est du nom de plume !



  • vendredi 6 mai 2011 à 10h17, par Thibault

    Une légère ressemblance avec Bernard Mauriange



  • vendredi 6 mai 2011 à 10h31, par wuwei

    Je m’insurge totalement (slurp) que l’un des rédacteurs d’Article XI que je finance margeresquement (synonyme de grassement au MEDEF) par un abonnement au cout prohibitif, soit à ce point écervelé pour dilapider 2,5 euros en achetant la pravda de l’entreprise néo-libérale !
    Par contre respect total (re-slurp) pour la mise en avant de l’humour glacé et sophistiqué (merci à Marcel G.) du pélican à bacchantes.



  • vendredi 6 mai 2011 à 10h53, par vladek

    La prochaine fois, plutôt que de l’acheter, lis le a la bibliothèque ;-)

    C’est gratuit et ça te permettra d’acheter d’autres titres.



  • vendredi 6 mai 2011 à 11h11, par namless

    Tchalaïnje, voilà un mot qu’il en jette quand il est prononcé à la boeuf-cravatte, le lecto-rat de ce torchon !
    Je déteste ce mot, ne le prononce jamais et préfère sa traduction française : défit.

    Margerie se montre beaucoup en ce moment, on a pu le voir chez l’insupportable Durand aux côtés de Beigbeider-frère face à Mélenchon, avec qui il se dit partager les idées tout en ne regrettant pas mettre à sac la Birmanie. Il devrait couper cette horrible moustache qui visiblement l’empêche de respirer normalement. J’ai été obligé de me shouter à la ventoline après avoir vu l’émission.

    Bon le N°4 est prêt ?

    • samedi 7 mai 2011 à 01h32, par le correcteur sarcastique

      ouais mais défi ça prend pas de « t »

    • mercredi 11 mai 2011 à 10h57, par Alexandria

      D’accord avec toi, namless, moi aussi je déteste ce mot. Mais, s’il te plaît, enlève le « t » de défi, sinon on pourrait confondre avec dépit...

      Cela dit, le Margerie est redoutable dans un débat, précisément à cause de l’aisance et d’une certaine forme d’humour (là ou le petit Begbeider est parfaitement insipide).

      Tiens ! à props de cette émission, allez voir cet élégant pot pourri (comme les patrons, bien sûr !) à la gloire de Mélenchon (ça nous change du TINA de la « gauche » – voiture-balai du capitalisme financiarisé) :

      Voir en ligne : http://www.lepost.fr/article/2011/0...



  • vendredi 6 mai 2011 à 11h28, par fred du boulot

    Bien vu Lémi

    nous y sommes parce que nous pouvons agir conformément à notre code de conduite

    Comme il le dit lui même ce prétentieux patron , Total impunité !

    Les Karens peuvent dormir tranquille ! les syndicaliste veillent !

    La CGT de Total irritée par des propos de Christophe de Margerie sur la Birmanie

    la très sous-estimée Gazette des uniformes.

    Excellent !
    Dans la multitude qui surfe sur la « tendance coude levé-talon qui claque » Ligne de Front et Batailles, qui, sous couvert d’histoire ne manquent pas une occasion de faire figurer moultes photos allemandes et de rejouer l’histoire (comme la couverture de Bataille).

    Les Editions Heimdal et ses chevaliers teutoniques...

    Le nauséabond a le vent en poupe !

    amitiés



  • samedi 7 mai 2011 à 12h41, par Zgur

    Tss Tss Lémi,

    Les bibliothèques, c’est aussi fait pour éviter de gaspiller du pognon.

    Mais sur le fond tu crois vraiment qu’un journaliste de Challenges (ou du Monde ou de Libé ou de n’importe quel journal agréé par Total pour une interview de son patron) posera des questions censées, voire intéressantes.

    « La question ne sera pas posée »

    Et puicétou !

    Arf

    Zgur_

    Voir en ligne : http://zgur.20minutes-blogs.fr/arch...



  • samedi 7 mai 2011 à 13h52, par tom

    Que dit l’économie cette semaine ? Pour l’entendre, il lui faut des relais. Mais des relais assez insignifiants pour ne pas altérer la pureté du message. D’où le regard vide et les mains tricoteuses.
    LA VERITE, sans tabou, telle quelle.
    Amen.



  • samedi 7 mai 2011 à 21h48, par Enucléé

    Ouais, et bien naturellement pas un mot sur les chemtr... (non, rien).



  • lundi 9 mai 2011 à 13h22, par Isatis

    Ah ben ça c’est sûr, Art. XI ne risque pas de s’attaquer au lobby du rosé d’Anjou, hein !!!

    Peuh... Total, trop facile la cible :-)



  • mardi 10 mai 2011 à 18h38, par HN

    « Il peut paraître étrange d’ouvrir notre enquête de couverture promettant « la vérité » sur l’énergie avec une interview du patron de la quatrième entreprise pétrolière de la planète. »

    Ah bon ? Pourquoi ?
    ......... J’décooooooooonne héééé !!! Vous y avez cru hein ?

    On vous a pas expliqué ? Et ben c’est parce que les mieux placés pour parler des magouilles, ça reste ceux qui trempent dedans. Hasard... Pur hasard... Et ne me parlez pas de conflit d’intérêts hein !
    Logique donc que Mr Copé vote des lois sur la finance à l’assemblée, il est avocat d’affaire...
    La nature est bien faîte pas vrai ?
    Et encore, je balance des exemples en France sans trop fouiner. Je pense que la vraie polade, ce serait de regarder le consulting en rapport avec l’armement américain...

    Ce magazine a l’air de ne pas avoir sa langue dans sa poche. On pourrait décerner le Zemmour d’or du franc-parler au rédac-chef... Quel esprit critique !

    En tout cas, merci pour l’article. Je suis pétédéhaire !! _ ;-)

    Cdlmt



  • vendredi 13 mai 2011 à 21h46, par aze

    >>j’aurais très bien pu écrire ce papier (sic) rien qu’en zieutant attentivement la couverture, tout y est.
    Tu perds donc une occasion de parler de choses plus intéressantes...



  • dimanche 15 février 2015 à 08h41, par Franklyn

    Everything said made a bunch of sense. However, think on this, suppose you typed a catchier title ? I am not suggesting your information is not solid., but what if you added something to possibly grab people’s attention ? I mean Article11 - Poster un message is kinda plain. You could glance at Yahoo’s home page and see how to unlock icloud 5s they create post titles to get viewers interested. You might add a related video or a related pic or two to grab readers excited about everything’ve got to say. Just my opinion, it might make your blog a little livelier.

  • Répondre à cet article