ARTICLE11
 
 

vendredi 1er février 2013

Entretiens

posté à 17h43, par JBB
6 commentaires

« La police est républicaine, mais l’ordre républicain qu’elle assure est capitaliste, raciste et patriarcal »

Malik Oussekine et Abdel Benyahia, deux morts parmi tant d’autres. Assassinés un même jour de décembre 1986, les deux jeunes hommes - l’un avait 20, l’autre 22 - sont venus grossir la longue liste des victimes d’un ordre policier raciste. Pour leur rendre hommage, les éditions Libertalia organisaient récemment une soirée de débat. Compte-rendu.

L’un est resté, nom légué à une triste postérité, l’autre a été oublié. Les deux ont pourtant été semblables victimes, à quelques heures de différence, de la férocité policière. Le premier est mort à Pantin, tué dans un café le 5 décembre 1986 par un inspecteur de police, lequel avait bu et n’était pas en service. Le second a été assassiné dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, rue Monsieur-le-Prince à Paris : pris en chasse par des voltigeurs de sinistre mémoire, à la fin d’une manifestation contre la loi Devaquet, il a été tabassé à mort. Abdel Benyahia avait 20 ans ; Malik Oussekine en avait 22.

Un film d’une vingtaine de minutes, « Abdel pour Mémoire », réalisé par Mogniss H. Abdallah, revient sur ce double assassinat, rue Monsieur-le-Prince et aux 4 Chemins à Pantin. Et conte notamment le difficile combat du Comité Justice pour Abdel pour que l’acte du flic tueur, l’inspecteur Savrey, soit requalifié d’homicide involontaire en homicide volontaire ; cela sera finalement fait six mois après le meurtre, et le policier écopera en 1988 de huit ans de réclusion. Quant aux assassins de Malik Oussekine, les voltigeurs Schmitt et Garcia, ils ne seront inculpés que de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner ; aux assises, en 1990, ils s’en tireront avec cinq ans de prison avec sursis pour le premier, deux ans pour le second.

***
JPEG - 34.2 ko

C’était le 6 décembre dernier, au Centre international des cultures populaires, à Paris. Les éditions Libertalia organisaient une soirée-débat pour marquer ce sinistre anniversaire - Abdel Benyahia et Malik Oussekine ont été tués il y a 26 ans. À la tribune, quatre intervenants ont longuement évoqué les crimes racistes et sécuritaires, avant de laisser la parole à une salle pleine et qui comptait de nombreux proches de victimes. Voici la retranscription d’une partie de ce qui s’est dit ce soir-là1.

***

Nicolas Norrito : « Merci d’être venus aussi nombreux. Cela fait d’autant plus plaisir que c’est difficile, en ce moment, de rendre publiques les thématiques développées dans les livres qui seront présentés ce soir et dans les interventions à venir. Je peux même vous dire, puisque j’interviens ici en tant qu’éditeur chez Libertalia, que nous avons actuellement le plus grand mal à défendre et à porter les bouquins traitant de la domination policière et des crimes racistes et sécuritaires. Quand on leur en parle, les journalistes répondent peu ou prou : ce n’est pas tendance ; le changement, c’est maintenant ; vos histoires, c’était bon sous Sarkozy, mais aujourd’hui c’est fini….

Que l’intérêt médiatique soit au rendez-vous ou non, nous sommes résolus à porter une parole contradictoire, une parole d’opposition au système étatique et aux violences sécuritaires et policières. Et nous nous sommes dits qu’en ce 6 décembre, il serait bon de rappeler la mémoire de Malik Oussekine et d’Abdel Benyahia. C’est le but de cette soirée, comme de ceux qui ont accepté d’intervenir. Maurice Rajsfus, d’abord, inlassable contempteur de l’ordre sécuritaire ; il a rédigé de nombreux ouvrages sur la police, le dernier en date étant Je n’aime pas la police de mon pays2. Mathieu Rigouste, ensuite, qui vient juste de publier aux éditions La Fabrique La Domination policière, une violence industrielle. Mogniss H. Abdallah, auteur et réalisateur, qui anime aussi le collectif IM’média et qui vient de faire paraître aux éditions Libertalia Rengainez, on arrive ! Chroniques des luttes contre les crimes racistes ou sécuritaires, contre la hagra policière et judiciaire (des années 1970 à aujourd’hui)3. Dernière personne au programme, Ramata Dieng ; elle représente le collectif Vies Volées4. »

***
GIF - 26.3 ko

Mogniss H. Abdallah : « Ce que vient de dire Nicolas sur la situation actuelle - ce renvoi au « changement, c’est maintenant » sur lequel s’appuie le discours dominant pour justifier le désintérêt à propos des préoccupations qui nous réunissent ce soir – me rappelle étrangement la situation en 1988, à la veille du procès du policier meurtrier d’Abdel Benyahia. La gauche de gouvernement était alors revenue au pouvoir, Pasqua et Pandraud n’étaient plus aux commandes, et la police de droite n’avait plus la cote. Résultat ? Une démobilisation assez importante : seuls les amis d’Abdel et sa famille, réunis dans un comité nommé Justice pour Abdel, se sont finalement mobilisés.

Il ne s’est passé que quelques heures entre l’assassinat d’Abdel Benyahia et celui de Malik Oussekine. Pourtant, la mémoire collective a davantage retenu le nom du second, jeune étudiant, Français d’origine algérienne, qui a été tué à Paris rue Monsieur-Le-Prince au soir d’une manifestation étudiante contre le projet Devaquet. Pourquoi est-ce qu’on parle de Malik et pourquoi on ne parle pas, ou moins, d’Abdel ? C’est l’une des questions que j’aimerais qu’on aborde ensemble.

Après la mort de Malik Oussekine, il y a eu une espèce de stupéfaction générale, avec une vague de protestations massives. Il est devenu une victime symbole de la répression policière de droite et, deux-trois jours plus tard, le 10 décembre, des manifestations partout en France ont rassemblé un million de personnes. Une mobilisation d’autant plus impressionnante que Devaquet avait retiré son projet de loi et que Pasqua avait dissout le fameux peloton voltigeur motocycliste dont la spécialité était de disperser les fins de manif à coup de bidules.
Un million de personnes manifestent donc, avec pour mot d’ordre « Plus jamais ça ». Ce jour-là, la famille d’Abdel et ses amis avaient voulu se joindre aux étudiants et à tous ceux qui étaient stupéfaits, consternés et révoltés par la mort de Malik Oussekine. Ils étaient allés voir la coordination nationale étudiante pour discuter des modalités d’une présence commune des familles des deux jeunes assassinés dans le carré de tête de la manifestation. Cette coordination, composée d’un certain nombre de gens aujourd’hui au pouvoir (dont David Assouline et Bruno Julliard), les avait très mal reçus, prétendant vouloir éviter tout amalgame entre les étudiants et les « casseurs » venus de banlieue. Un terrain d’entente avait néanmoins été trouvé.

Sauf que le jour de la manifestation, quand les amis d’Abdel sont venus avec une grande banderole clamant « Abdel-Malik : plus jamais ça ! », le service d’ordre de la manif leur a mis des bâtons dans les roues. C’était une réaction instinctive : sans même se concerter, un certain nombre de gens avaient décidé que les gens de banlieue n’étaient pas les bienvenus et que cette mobilisation étudiante n’avait rien à voir avec les problèmes des banlieusards. Il a donc fallu se battre, presque physiquement, pour imposer la présence de la famille d’Abdel dans le carré de tête de la manifestation. Vous imaginez bien quelle impression cela a pu laisser aux proches et à la famille, alors qu’ils imaginaient au départ faire la jonction entre le mouvement étudiant et celui des banlieues…

L’immense mobilisation qui a suivi la mort de Malik Oussekine n’a finalement abouti à aucune réalisation concrète ; elle fut éphémère et sans lendemain. A l’inverse, un comité et une campagne ont été lancés autour de la famille d’Abdel pour que justice soit rendue ; la mobilisation a ici duré deux ans, jusqu’à parvenir à faire condamner le policier meurtrier à sept ans de prison pour homicide volontaire.
Je ne m’identifie bien sûr pas à la prison en tant que telle et à un verdict judiciaire. Mais ce qui nous importait réellement, c’était que la parole des jeunes de cités et des familles soit entendue. Si deux policiers ont aussi été condamnés pour le meurtre de Malik Oussekine, à cinq ans et deux ans de prison avec sursis, ça s’est par contre passé en catimini : personne n’en a parlé.

Je détaille ces mobilisations, et d’autres, dans mon livre, Rengainez, on arrive ! – le titre provient de l’un des slogans de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Sous sa forme complète, il disait : « Rengainez, on arrive, la chasse est fermée ! » À l’époque, la jeunesse des cités et la jeunesse scolarisée se retrouvaient sur cette revendication : face aux « flingages » qui se multipliaient, aux crimes racistes et aux violences policières, il était urgent de désarmer les beaufs – les 22 Long Rifle étaient alors disponibles en vente libre dans les supermarchés – et les flics. Avec cette idée que la coordination de multiples luttes sur le plan local pouvait aider à renverser la tendance générale et à provoquer des moments salutaires pour la société – à l’image de ce que fut la marche pour l’égalité et contre le racisme, initiée avec un discours œcuménique et général contre le racisme mais qui s’est vue rattrapée par la question sociale et par celle des violences racistes et sécuritaire. Le 3 décembre à Paris, il y avait cent mille personnes réunies pour revendiquer l’égalité des droits et la justice pour tous. »

***
GIF - 19.4 ko

Maurice Rajsfus : « J’ai entendu tout à l’heure, et je crois que c’était une boutade, parler de « police de droite », comme s’il y avait jamais eu une police de gauche. C’est un non-sens : la police ne peut pas être de gauche puisqu’elle est au service du pouvoir. On peut par contre remarquer que quand le pouvoir est à droite, la police a les coudées encore plus franches.

Interruption de la retranscription, problèmes d’enregistreur.

[...] Bref, depuis 1961, je n’ai pas cessé de suivre les « exploits » de la police. J’ai depuis accumulé 30 000 fiches sur le sujet, ce qui représente un gros boulot, et je n’ai jamais cessé une journée de m’y intéresser. Ce qui m’a conduit, un an après le meurtre de Makomé M’Bowolé le 6 avril 19935, à créer l’Observatoire des libertés publiques et le bulletin Que fait la police ? avec mon camarade, le regretté Alexis Violet. Mois après mois, nous avons publié 125 numéros de ce bulletin sur papier, puis nous l’avons poursuivi sur Internet à partir de 2006. Avec toujours cette volonté d’essayer de faire comprendre à la population que sa police ne défend pas la veuve et l’orphelin mais traque essentiellement les sans-papiers, les précaires, les parias, ceux qui n’ont pas de défense, ceux qu’on a fait venir de loin pour les exclure ensuite quand on n’avait plus besoin d’eux.

Depuis 1968, après ces années où Marcellin et ses successeurs ont fait la chasse aux étudiants et aux lycéens, l’immigré est devenu avec la crise de 1974, celle du pétrole, l’ennemi public numéro 1. L’immigré, je m’en sens indirectement la charge morale. Parce que je suis enfant d’immigrés. Parce que je sais quelles difficultés ont endurées mes parents pour essayer d’acquérir la nationalité française – on la leur a toujours refusée. Et parce que mes parents ont donné naissance à des enfants de la République, à des enfants de l’école laïque – ma sœur et moi – qui ont retenu principalement comme leçon non pas les trois couleurs et la Marseillaise, mais la Commune de paris, mai-juin 1936, la Libération et mai 1968. »

***
JPEG - 7.9 ko

Mathieu Rigouste : « De la même manière que Maurice et Mogniss, je viens présenter un livre qui se veut un outil, quelque chose qui – je l’espère – pourrait nous aider à armer nos luttes. Dans cet ouvrage, j’essaye de faire le point sur la question de la violence policière, sur ce qui change et sur ce qui ne change pas. Il s’agit pour moi de mettre à bas cette fiction qu’il existerait une mauvaise police, commettant des bavures, et que la violence policière fonctionnerait à la marge, qu’elle serait une sorte de raté, d’accident. Il est essentiel de combattre cette fiction, parce qu’elle encombre nos luttes.

Pour les gens qui subissent l’encadrement policier au quotidien, il est évident qu’il n’existe pas une bonne et une mauvaise police. Mais on peut aussi démontrer cela en enquêtant sur l’histoire de la police. Il suffit de chercher ce moment hypothétique où la police n’aurait pas été violente et où elle aurait été républicaine... En fait, elle l’est, républicaine, mais l’ordre républicain qu’elle assure est un ordre capitaliste, raciste et patriarcal. La police sert à maintenir cet ordre social-là. Et dans le livre, j’essaye de montrer que sur les cinquante dernières années, les gouvernements de gauche et de droite qui se passent les manettes du pouvoir ne changent pas les méthodes de police mais qu’ils les accumulent. Un fonctionnement se reproduit ; et celui-là trouve une source très importante au moment de la guerre coloniale, au moment de la guerre d’Algérie.

Pour l’illustrer, je vais prendre l’exemple d’un dispositif de ces quinze dernières années, qui montre assez clairement ce qui continue, reste et persiste – la continuité de l’État - et ce qui est nouveau. Soit une très rapide histoire de la Bac, qui illustre parfaitement ce double moteur, continuité et nouveauté.
L’ancêtre de la Brigade anti-criminalité est la Brigade de surveillance des Nord-Africains, qui est une police des colonisés en métropole. Elle est dissoute à la Libération, puisque c’est le moment où on crée le mythe d’une France qui s’est libérée elle-même, avec des Français majoritairement résistants ; dans cette construction artificielle de la France des droits de l’homme, une police qui fonctionne sur des critères exclusivement racistes ne fait pas très propre. On la dissout, donc. Sauf que la France étant ce qu’elle est, c’est-à-dire un pays impérialiste qui a besoin d’encadrer à la fois les classes populaires et ceux qu’elle va surexploiter, soit les classes populaires issues de la colonisation, il lui faut maintenir cet appareil policier spécifique pour cette partie du prolétariat qui est surexploitée et sur-opprimée parce qu’issue de la colonisation. Et donc, en 1953, des brigades sont recréées, qui prennent le nom de Brigades agressions et violences, les Bav – d’ailleurs, je n’ai jamais trouvé de sources définitives sur le sujet, mais il semblerait que le mot bavure se soit diffusé largement autour de cette étiquette des nouvelles polices coloniales.
Pour former et mener cette police chargée d’encadrer et de réprimer les quartiers immigrés, les quartiers nord-africains comme on dit à l’époque, on va récupérer les anciens des polices coloniales ; ils s’y connaissaient bien en gestion des Nord-Africains… Ainsi, une nouvelle génération de policiers débarque, entraînée à contrôler et réprimer les arabes. Et quand la guerre d’Algérie prend son essor, c’est cette même police qui va être chargée de la répression politique de la révolution algérienne en France. On se retrouve donc avec une unité de police qui fonctionne sur des critères sociaux-racistes et qui fait de la répression politique, mais en se dissimulant derrière la lutte contre les agressions et les violences, c’est-à-dire la délinquance et la criminalité. On fait passer une technique policière de gestion des pauvres et des colonisés pour une manière de venir protéger les classes populaires face à l’insécurité, à la délinquance, etc… un discours qu’on connaît bien aujourd’hui.

Au début des années 1970, des gens formés dans ces Brigades agressions et violences sont placés à la tête des Brigades de surveillance de nuit, c’est-à-dire l’ancêtre direct des Bac. La continuité est là : dans l’après 1968, on considère qu’il faut mettre en place une police de ces quartiers populaires, une police particulièrement expérimentée pour ces choses-là et avec l’implicite raciste – donc on va aller chercher ces spécialistes du contrôle des Arabes en métropole, on va leur donner les moyens et la gestion de ces nouvelles unités. Lesquelles vont progressivement être nommées les Brigades anti-criminalité, le mécanisme restant le même - c’est-à-dire gestion par des techniques socio-racistes et violence contenue sous l’étiquette d’une lutte contre la criminalité.

Ce qui change, par contre, c’est qu’un nouveau projet de société, économique et politique, s’impose au début des années 1970 : les classes dirigeantes lancent la restructuration néo-libérale. Ce qui n’est pas sans influence sur la Bac : elle n’est pas seulement une forme de police chargée de maintenir la ségrégation socio-raciste – je parle d’endo-colonialisme pour évoquer cette forme de colonialisme intérieur -, mais aussi une police d’abattage. C’est-à-dire qu’elle est organisée autour de l’idéologie du néo-management (il faut faire le plus de chiffre possible). Cela propulsera la carrière de certains commissaires, de certains policiers, de certains commissariats, de certains ministres de l’Intérieur. Et cela permettra de déployer en permanence et de manière relativement autonome cette police – il s’agit en fait d’une police assez créative en matière de nouvelles formes de violences, de nouvelles formes de coercition, et qui va s’intégrer assez bien avec un schéma de tactique de la tension, dont on voit la continuité de la guerre d’Algérie jusqu’à aujourd’hui.

Cette tactique de la tension est une manière d’à la fois étrangler et agresser les quartiers populaires. Les militaires qui se sont occupés de mater la casbah d’Alger en 1957 ont mis en place ce schéma d’enfermement (on entoure, on encadre, on empêche de sortir de la casbah ; qui veut sortir est filtré, fiché, fouillé voire torturé et éliminé) et d’envoi d’unités spéciales à l’intérieur pour aller chercher les meneurs et semer la terreur dans la population. Il est facile de déceler une continuité de ce schéma jusqu’à aujourd’hui si on est prêt à accepter l’idée qu’il n’y a pas une police de gauche et une police de droite, mais que la conjugaison des polices dites de proximité – qui sont des polices d’occupation du territoire – et des unités d’intervention comme les Bac restitue un mécanisme consistant à enserrer, étrangler, tout en provoquant, humiliant, agressant. Et ce schéma est forcément confronté à des résistances, à des révoltes et à des contre-attaques.

Ces quinze dernières années s’est aussi opéré un changement économique derrière ce renforcement policier. Une industrie du maintien de l’ordre, des armes de sécurisation et du conseil en sécurité urbaine se fait désormais énormément d’argent grâce à la multiplication des unités de police et grâce à leur dotation croissante en armements et en matériels. Ainsi par exemple du flash-ball, une arme qui vient s’ajouter à celles déjà en dotation – on peut désormais tirer au flash-ball tous les soirs dans les quartiers populaires de France tandis qu’on ne pouvait pas tirer tous les soirs à balles réelles... Mais ce n’est pas qu’une question de renforcement policier : le flash-ball est aussi une arme qui coûte beaucoup d’argent et qui se développe en permanence. Elle appartient ainsi à un marché formidable, sur le plan national et sur le plan international.

Il faut ici distinguer un double mouvement. D’un côté, il y a une industrie de la sécurité privée qui pousse énormément au renforcement policier. Et de l’autre, le pendant intérieur des nouvelles formes de conquêtes coloniales. Si on se penche sur l’alliance des grands États impérialistes qui tentent de dépasser la « crise » en envahissant l’Irak, l’Afghanistan, etc., on constate qu’une dimension intérieure s’affirme : les pays engagés dans ces campagnes de conquête à l’extérieur mettent aussi en place des formes de conquête à l’intérieur de leurs territoires. Depuis une quinzaine d’années, les transformations dans la violence policière sont liées au développement des grandes villes – le Grand Paris, le Grand Toulouse, Bordeaux Métropole, etc… Avec toute une économie afférente, celle des industries du bâtiment, de la surveillance, de la rénovation urbaine, de la sécurisation. Celles-ci sont donc liées à un phénomène de renforcement policier autour d’un mécanisme qui se lance à la fin des années 1970 et qui repose sur une idée simple : si vous placez énormément de policiers autour d’un quartier populaire, il va y avoir des frictions et des révoltes. Pour peu d’une couverture médiatique suffisante, à même de faire passer le quartier pour hystérique et irrécupérable, il est alors possible d’engager un plan de rénovation urbaine. Lequel a une double fonction. De un, permettre à ces mêmes industriels de multiplier les sources de profit. De deux, dégager les quartiers populaires pour laisser place à des quartiers petit-bourgeois et plus blancs. Ce qui se joue derrière la transformation de la violence policière à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, c’est une opération de conquête intérieure qui vise à dévaster, nettoyer les quartiers, ou les repousser au loin, pour laisser place à l’expansion de la grande ville bourgeoise. »

***
JPEG - 20.7 ko

Ramata Dienq : « Si je suis là devant vous, c’est que j’ai été personnellement touchée par ces violences policières : mon petit frère, Lamine, en est mort le 17 juin 2007, à quatre heures du matin. Il a été interpellé par huit policiers du XXe arrondissement, qui l’ont menotté sur la nuque et lui ont attaché les chevilles. Pendant trente minutes, Lamine était allongé face contre terre et n’avait comme appui que ses abdominaux, puisque son bras droit était tiré par deux policiers, son bras gauche par deux autres policiers, qu’un cinquième se tenait debout sur son dos et qu’un dernier lui maintenait les pieds. Ils l’ont ensuite porté dans un fourgon de police, où ils l’ont jeté, toujours face contre le sol ; là-encore, mon frère a été écrasé par le poids de quatre policiers – un sur son épaule droite, un sur son épaule gauche, un sur son bassin et un dernier qui s’était agenouillé sur ses jambes en les repliant. Menotté, mon frère ne pouvait donc rien faire d’autre que respirer, sauf que ces policiers l’en ont empêché ; ils l’ont maintenu ainsi jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Cela fait cinq ans et demi que la famille a porté plainte et qu’elle s’est constituée partie civile. Et malgré les expertises médico-légales mettant en évidence le fait que Lamine a été étouffé, qui ont été versées au dossier et sont sur le bureau du juge depuis fin 2007, ça fait cinq ans qu’on attend que ces policiers soient enfin mis en examen. Le chef d’inculpation est celui d’homicide involontaire contre X. Il ne s’agit pourtant pas d’un homicide involontaire, mais volontaire : dès lors qu’on maintient un homme face contre terre pendant trente minutes et qu’on lui met 300 kilos sur le dos, c’est qu’on cherche à le tuer.

Mon frère n’est malheureusement pas le seul : l’année de sa mort, en 2007, j’ai personnellement recensé 19 autres victimes de violences policières. Et sur les sept premiers mois de l’année 2012, j’ai compté un mort tous les quinze jours ; Amine Bentounsi a reçu une balle dans le dos, Youssef Mahdi s’est jeté dans la Seine pour échapper à un contrôle et s’est noyé, Abdel est mort à Aulnay-sous-Bois, etc… La liste est longue. Il y a bientôt trois ans, un collectif de familles s’est constitué – ce sont des familles qui se sont rencontrées au cours de commémorations et qui ont décidé de s’unir pour lutter ensemble, pour s’entraider juridiquement et pour sensibiliser la population. Nous essayons de faire passer cette idée qu’ils ne sont pas des faits divers comme les médias aiment à le dire, et qu’ils ne sont pas non plus des cas isolés. Ces morts surviennent à une telle fréquence qu’il est impossible de prétendre que c’est accidentel. Amine, ce n’était pas un accident. Youssef, ce n’était pas un accident. Mahamadou Marega, cet homme de 38 ans qui a reçu pas moins de 16 tirs de taser, du gaz lacrymogène dans le visage, qui a été passé à tabac par dix-sept policiers venus l’expulser de chez lui, ce n’était pas un accident. D’ailleurs, lui aussi a eu les quatre membres menottés et les policiers s’amusaient à lui envoyer des décharges électriques. Les voisins de Mahamadou Marega ont entendu ces policiers rigoler pendant qu’il hurlait de douleur – le juge d’instruction vient pourtant de prononcer un non-lieu.

D’autres tragiques exemples ? En 2004, Aboubakar Tandia, un autre homme de 38 ans, est tombé dans le coma après son passage au commissariat de Courbevoie – ça fait huit ans que la famille se bat, et le juge d’instruction vient de prononcer un non-lieu. En 2009, Ali Ziri, retraité de 69 ans, est mort étouffé entre les mains des policiers d’Argenteuil ; le juge a encore une fois prononcé un non-lieu. Même cas de figure pour Abdlhakim Ajimi qui, en 2008 à Grasse, a été plié et étouffé en plein jour, devant une vingtaine de témoins oculaires – le procès s’est tenu en début d’année, les peines se sont échelonnées entre six et 24 mois avec sursis, les policiers en cause ont fait appel et ils ont reçu le soutien de leurs collègues.

L’hécatombe continue. Malgré les témoignages. Malgré les résultats des expertises médico-légales, lesquelles prouvent clairement que ces hommes ne sont pas morts tout seul, qu’ils ont été tué par les uniformes. Si les policiers en cause changent, les méthodes et les résultats restent les mêmes. Et les membres des forces de l’ordre bénéficient toujours de l’impunité ; tant que celle-ci existe, il est évident que ça continuera.

Le collectif a récemment lancé une pétition, qui demande la création d’une commission d’enquête pluripartite, autonome et indépendante, parce que les magistrats travaillent avec les policiers et je pense que c’est pour cela qu’ils ne les condamnent pas. Nous avons aussi demandé que le ministère de la Justice crée un outil recensant tous les morts lors d’interpellations policières, afin qu’ils n’en restent pas d’inconnus. Enfin, nous souhaitons aussi qu’une plaque commémorative soit apposée pour chaque victime – pour l’instant, ça a été fait dans un seul cas, celui d’Ali Ziri, mais les policiers ont manifesté, et la plaque a finalement été ôtée au bout de deux semaines.

Pour les familles, tout cela est essentiel ; il en va du respect du droit à la vie, du droit à la dignité et du droit à la justice. D’ailleurs, toutes sont déterminées à aller jusqu’au bout, à poursuivre ces criminels aussi longtemps qu’elles le pourront. Et même s’ils ne sont pas condamnés par la justice, nous leur rappellerons leurs crimes aussi longtemps que nous vivrons. Nous nous battons pour que justice soit rendue à l’égard de ceux qui sont décédés, mais nous nous battons surtout pour que ça s’arrête. »



1 Il ne s’agit pas – et de loin – d’une retranscription mot à mot, et toutes les interventions effectuées dans cette soirée n’y figurent pas. Par ailleurs, un problème technique (un enregistreur qui fait des siennes) m’a empêché de retranscrire la plus grande part de l’intervention de Maurice Rasjfus ; toutes mes excuses.

2 Ce petit livre revient sur l’aventure du bulletin Que fait la police ?, de 1994 à nos jours.

3 L’ami Jean-Pierre Garnier a récemment consacré, sur Article11.info, une passionnante chronique aux livres de Mathieu Rigouste et Mogniss H. Abdallah. Titrée « Le Nouvel ordre local », elle est à lire, ou à relire, ICI.

4 Le collectif a choisi d’être présent sur Facebook ; pour ceux à qui ça ne pose pas de problèmes, ça se passe ICI.

5 Le 6 avril 1993, lors d’une garde à vue au commissariat des Grandes Carrières, à Paris, Makomé M’Bowolé, soupçonné du vol de quelques dizaines de cartouches de cigarettes, est tué d’une balle dans la tête par l’inspecteur Pascal Compain.


COMMENTAIRES

 


  • dimanche 3 février 2013 à 02h01, par Nous sommes légion

    « En fait, elle l’est, républicaine, mais l’ordre républicain qu’elle assure est un ordre capitaliste, raciste et patriarcal. La police sert à maintenir cet ordre social-là. »

    C’est pas faux, mais cet ordre là est connu du peuple et le résultat d’un certain compromis social, modifié en permanence par la fluctuation des rapports de force et laissant une certaine marge d’action aux masses.

    Ne vouloir voir que la partie extrême de ce dispositif policier et le considérer comme normal plutôt que comme une tentative de certains acteurs de pousser vers la droite et l’autoritarisme cette république inégalitaire me paraît relever de la pensée paranoïaque plutôt que de l’analyse politique sérieuse - une impression que me donne chaque texte de Mathieu Rigouste malgré l’intérêt de ses travaux.

    Pour prendre une analogie, cela me semble le même mécanisme de pensée qui faisait prendre dans les années 70 l’effroyable massacre de 1965 en Indonésie pour la norme de la gestion capitaliste de la contestation.
    Alors qu’il s’agissait d’un cas extrême permis uniquement par les particularités locales et leur articulation avec un contexte international pour le moins tendu - même en Argentine où l’exemple indonésien était pris comme modèle par certains éléments de l’AAA, ils n’ont pas pu tuer autant.



  • dimanche 3 février 2013 à 20h10, par krop

    attend un peut...,quant ils auront faim ,ils n’y aura plus de POLICE .



  • Mouais, désarmer les beaufs...

    J’aime tout bien ce qu’est raconté ici, mais bordel qu’est-ce que ça me fait mal au cul de lire ça...

    Les « beaufs » bordel !

    Raconte moi donc ce que c’est qu’un beauf si ce n’est de la haine de classe ? Le type mal coiffé, qu’écoute la mauvaise musique, qu’a mal voté, qui chasse même ! Le salaud ! Peut être même il regarde du foot, l’oeuil glauque ?

    Je voudrais d’abord pendre l’ignoble Cabu par les maxillaires, et ensuite j’aimerais qu’on en finisse de répéter les archétypes pourris qu’il a pondu, svp.

    L’article rappelle déja suffisamment qu’on vit en pays occupé, si les gentils voulaient bien nous lâcher avec la haine des prolos, hein...

    Sinon bisous !

    • Beh ouais les beaufs. La sacro-sainte analyse de classe a ses limites et si la meuf du dessus de chez moi a choisi de rien foutre de sa vie à part picoler, acheter des magazines à la con et cracher sur d’autres prolos (ceux d’une autre couleur qu’elle par exemple) je me priverais en aucun cas de la qualifier de grosse beauf. Je suis sûrement pas meilleur qu’elle mais elle aurait pu faire le choix de la solidarité de classe et ne l’a pas fait. C’est beau l’idéalisme mais la réalité est là : les classes populaires se bouffent entre elles et je ne vois aucune raison de justifier ça, même sous couvert de la défense d’une dialectique marxiste théorique flottant dans le vide. Un beauf c’est un prolo qui a choisi la voix du mépris de la différence et qui revendique l’ignorance et le misérabilisme culturel comme identité de classe, un idiot utile. Idiot, certes...



  • jeudi 28 février 2013 à 11h25, par Télémax

     × Evidemment on éclate de rire en lisant que la police ne peut pas être de gauche, parce qu’elle est au service du pouvoir (Rajfus). Quelle tartufferie ! Parce que la gauche n’est pas au service du pouvoir, peut-être ? Elle l’est d’une manière qu’il est beaucoup plus difficile à gober encore que les méthodes policières. La gauche représente le point de vue clérical ou religieux, c’est-à-dire qu’elle est investie de la mission du clergé autrefois qui consistait à servir de courroie de transmission entre les élites dirigeantes et la plèbe. Qui se charge de convaincre les gosses, par exemple, que l’élection à la présidence de la République est autre chose qu’une mascarade religieuse ? Le clergé de gauche. Tout simplement parce que la droite n’a pas les mots pour ça dans son lexique.
     × Au stade totalitaire où nous sommes, dont on a sans doute une meilleure conscience quand on s’abstient de prendre le marxisme pour une idéologie « de gauche », la violence physique joue un rôle physique secondaire par rapport à la manipulation des esprits.
     × Donc il n’y a aucune raison d’opposer les flics aux enseignants. Marx ne l’aurait jamais fait.



  • Réaction circonstanciée (et radicale) sur mon blog à la moraline de gauche contre la seule oppression policière, phénomène secondaire au stade totalitaire.
    http://autrou.20minutes-blogs.fr/ar...

  • Répondre à cet article