ARTICLE11
 
 

vendredi 7 décembre 2012

Médias

posté à 11h17, par Lémi
6 commentaires

Petit instantané de décomposition médiatique : quand la BBC plonge sous la surface

Quand il m’a raconté cette histoire, Lazar Kunstmann oscillait entre fou rire (nerveux) et indignation. Sollicité par la BBC il y a quelques semaines pour un entretien, le porte-parole de l’ UX (Urban eXperiment) venait de découvrir le reportage sonore qui en avait été tiré. Un cas d’école de désinformation, m’assurait-il. Il n’avait pas tort. Récit.

C’est un court reportage sonore censément « embedded », diffusé le 23 novembre dernier en terre britonne, sur BBC Radio 4. On y entend deux journalistes de la BBC (Lucy Ash et Kirsty Lang) parcourir les catacombes parisienne en compagnie de soi-disant membres de l’UX (Urban eXperiment), organisation très discrète1 dévouée à la sauvegarde d’un patrimoine délaissé et à l’exploration urbaine. Le ton est mystérieux et excité, et les deux enquêtrices pavoisent en mode Albert Londres : un reportage avec les mystérieux UXiens, ça vaut son pesant de cacahouètes pullitzeriennes.
Problème : de membres de l’UX avec elles, il n’y avait aucun, foi des principaux intéressés. Et les « journalistes » le savaient pertinemment – l’UX avait uniquement accepté de répondre à un court entretien téléphonique, refusant en bloc toute éventualité de crapahutage souterrain en leur compagnie (tout en les mettant – lourdement – en garde contre les impostures).
Ce qui s’est passé ? Les deux journalistes ont à l’évidence dégotté deux adolescents amateurs de souterrains qui n’avaient rien à voir avec l’UX mais ne rechignaient pas à frimer un peu en s’en revendiquant. Puis elles ont habilement monté leur « enquête », entremêlant entretien téléphonique avec des membres du collectif et extraits sonores du crapahutage en question. Une manière efficace de faire passer la pilule du grossier amalgame, sans jamais mentionner les dénégations des véritables membres de l’UX2.

Sommée de s’expliquer par des membres de l’UX très énervés après la diffusion du sujet, Lucy Ash répondit que c’était de leur faute, aussi, merde alors : à agir en clandestins, on s’expose à ce genre de tracas et à l’usurpation d’identité. Puis elle enfonça le clou, de cette phrase que Lazar, le porte-parole de l’UX, me répète plusieurs fois, d’un air aussi rêveur qu’abasourdi : «  Je ne vois pas de quoi tu te plains, de toute manière. D’habitude, les gens sont très contents. Ça leur fait de la pub. » Devant la réaction atterrée de Lazar (D’habitude ?), la « journaliste » en remit une couche : «  Bah oui, ça fait des millions et des millions de gens qui découvrent votre boulot, non ? »3

Et Lazar de s’étrangler d’indignation : « C’est hallucinant, quand même. Elle nous explique que c’est leur méthode de travail habituelle – faire croire que tu as passé des jours avec quelqu’un quand tu lui as juste parlé quinze minutes au téléphone. Et cette méthode repose sur un chantage économique, basé sur la puissance de la BBC. Il y a un problème, non ? » Oui

***

Pour bien comprendre cette histoire et ce qu’elle dit sur l’habitus médiatique contemporain, il faut replonger dans l’histoire de ce collectif étrange autant que fascinant, l’UX. Ses membres agissent incognito dans Paris, affairés à restaurer le patrimoine abandonné et à briser les verrous. Règle d’or : ils n’acceptent d’un tantinet médiatiser leurs actions qu’une fois ces dernières découvertes par la police. Article11 avait publié un entretien avec leur porte-parole, Lazar Kunstmann en décembre 2009 (« Si ça ne va pas assez vite, raccourcissez la boucle ») ; je t’en recopie l’intro pour situer le groupe et m’épargner la fastidieuse redite :

Deux fois déjà, eux qui agissaient dans le plus grand secret ont défrayé la chronique, percés à jour. Soudain, les médias se penchaient sur eux, avec des yeux gourmands, armés de révélations fracassantes : il y avait dans Paris un peuple étrange qui passait ses journées à restaurer un patrimoine délabré, à l’abri des regards. Des gens qui, gratuitement, investissaient des lieux oubliés pour les faire revivre sous l’enseigne UX (Urban eXperiment). Des drôles d’oiseaux que personne n’arrivait à vraiment cerner.

La première fois, c’était en 2004. La police découvrait à côté de la cinémathèque du Palais Chaillot un complexe souterrain doté d’une salle de projection. Un lieu où un mystérieux groupe baptisé La Mexicaine De Perforation organisait tous les ans un festival de cinéma. Quelques jours plus tard, de mystérieux déménageurs embarquaient l’ensemble du matériel resté sur place, envolé comme par magie malgré la surveillance policière. Sur une planche posée au milieu de la pièce, un simple message : « Ne cherchez pas ».

La deuxième fois, c’était en 2006 : les Untergunther, sous-division de l’UX, avaient entrepris de restaurer clandestinement une horloge monumentale située en plein Panthéon. Une année de boulot pour sauver une pièce de patrimoine qui pourrissait sur place, un travail parfait et... un procès intenté par l’administration du Panthéon, vexée de l’humiliation et fort heureusement déboutée. La presse en avait fait ses choux gras : des bienfaiteurs portés devant la justice par ceux-là même qu’ils avaient aidés, l’affaire ne manquait pas de piquant4.

JPEG - 23 ko

L’UX possède à première vue tous les attributs du bon client médiatique. La clandestinité de l’organisation et son caractère mystérieux (des gens qui s’introduisent là où personne ne va...) déclenchent forcément chez tout bon scribouillard en quête de frissons vendeurs le même genre de rictus professionnel que l’évocation d’une mouvance anarcho-autonome tapie dans l’ombre ou de réseaux de dealers de crocodiles en forêt de Brocéliande. Une pure aubaine.

D’autant que l’UX a souvent été assimilée (à tort) aux cataphiles5, ces passionnés des souterrains parisiens qui continuent à faire couler beaucoup d’encre à sensation. Un marronnier inépuisable. Las. Si les passionnés ou visiteurs occasionnels de catacombes sont légion, les membres de l’UX sont une espèce rare, d’où les tentatives des enquêtrices de rattacher le collectif à la très vaste (et très vague) mouvance cataphile.
Lazar Kunstman avait senti venir le coup. En un mail envoyé à Lucy Ash deux jours avant la diffusion de l’émission, il insistait sur ce point, sans équivoque. Je te le copie-colle ci-dessous (les passages en gras correspondent aux passages soulignés dans le mail) :

De : Lazar Kunstmann <*******> Objet : Rép : merci pour l’interview ! Date : 21 novembre 2012 16:52:56 HNEC À : Lucy Ash <*****>

Pour répondre à votre question, je tiens à préciser d’abord que l’UX et les Untergunther n’ont absolument rien à voir avec les catacombes et encore moins avec ceux que la presse appelle les cataphiles ! Quand je dis rien à voir, je veux dire strictement rien à voir du tout !

Les cataphiles (dont la vraie appellation est les Bodzaux) sont une population festive parisienne qui visite certaines parties des sous-sols et qui n’a aucun rapport avec l’UX… aucun  !

Clair ? Pas assez pour les journalistes. Qui n’en tinrent absolument pas compte6. Cela facilitait en effet considérablement les choses et permettait de faire passer le premier pékin venu pour un membre de l’UX. Et puis, l’exploration des catacombes est un genre médiatique en soi, plébiscité parce que fournissant à bon compte des frissons préfabriqués.

Le ressort des pseudos-investigations sur le sujet est souvent le même : sous la terre, à l’abri des regards, il se passe des choses terribles que t’imagines même pas, des trucs à faire s’étrangler le bon citoyen. Lazar fait ainsi le parallèle avec un « reportage » mythique (tant il est stupide et proche de la fiction pure), La faune étrange des sous-sols de Paris, diffusée en 1990 et produite par un certain Jean Bertolino (Prix Albert Londres 1967 – uh uh). Selon lui, on y retrouve en condensé toutes les fadaises qui ont pu être écrites, enregistrées ou filmées sur l’univers des souterrains parisiens : partouzes aux coins des coursives, néo-nazis en goguette, messes noires de ci de là, etc... Le soi disant reportage est assez hilarant à visionner (première partie ci-dessus) : les figurants jouent très mal leur rôle (on y retrouve notamment un jeune Jean Louis Costes déjà porté sur le cul) et le montage dégouline de faux sensationnel. C’est finalement le site de NRJ Prod (ici) qui donne le meilleur aperçu de la chose, sous la plume de Jean Bertolino – un condensé de comique involontaire :

« Tous viennent là pour donner libre court à leurs fantasmes. Les plus pacifiques comme vous allez le voir, organisent de fausses messes noires, des défilés en cagoules style Ku Klux Klan, des spectacles pornographiques. Puis il y a les bandes violentes qui s’affublent de noms inquiétants. Dans la pénombre rôdent la Gestapo des Ondes, les Dépouilleurs, les Skins déjà tristement célèbres en surface, et enfin la Securitate qui a fait son apparition sous Paris durant les événements de Roumanie. Il y a même dans certaines carrières des soirées très BCBG où se retrouve la jeunesse la plus branchée de la capitale. »

JPEG - 55.5 ko
Image issue de « La faune étrange des sous-sols de Paris » - les terribles membres de la Securitate

*

Les médias raffolent de ce qu’ils appellent les « marges », ce n’est pas un scoop. Il n’est qu’à voir le nombre de reportages pondus sur le thème de « l’ultra-gauche » pour comprendre que le genre « embedded avec de mystérieux clandestins potentiellement über-dangeureux » a encore de beaux jours devant lui. Un récent « reportage » de Canal +, finement intitulé Europe, l’insurrection qui vient, montrait ainsi, en une scène d’anthologie, quatre bras cassés à cagoule courir dans les bois et faire sauter des casseroles, avec des commentaires dramatiquement déclamés en voix off – l’ensemble conférait aux boy-scouts en question une dimension quasiment Ben-ladienne, le ridicule en plus. Un faux Mollah Omar eut-il surgi d’un fourré en appelant les Légions de l’ultra-gauche à rejoindre le combat contre les mécréants que la logique médiatique n’eut pas été bouleversée, simplement poussée un peu plus loin.

Si le reportage de la BBC sur l’UX n’est pas de la même trempe affabulatrice que - par exemple - l’émission sur les Sous-sols de Paris, il contient nombre d’ingrédients relevant de cette scénarisation d’un univers clandestin fantasmé. Le travail de Lucy Ash et Kirsty Lang sur l’UX a ainsi été adapté à l’écrit sur le site de la BBC (ICI), et c’est une belle continuation de l’enfumage radio. Dès la première phrase - « Nous sommes sur le trottoir, nerveuses, tentant de faire comme si de rien n’était tout en jetant un coup d’œil furtif à chaque passant7 » -, la tension est posée, l’impression que les deux journalistes sont dans une situation terrible, où furtivité et nervosité sont de mise. Quasiment une zone de guerre. Ensuite : «  Après des semaines de négociation, nous avons rendez vous avec quelqu’un affirmant qu’il est membre du très secret collectif français, UX. » (Pour entrer en contact avec Lazar, il m’a fallu environ cinq minutes, le temps de contacter l’éditeur du bouquin sur l’UX8.) Arrivent les soi disant UXiens, qui tout de suite les pressent de se magner les fesses pour passer la porte vers les enfers souterrains, c’est chaud chaud cacao : «  Quick, quick, before the police come. ». Puis ils plongent sous terre, valeureusement. La visite n’a strictement aucun intérêt, rien à raconter, hormis ce mensonge : l’UX nous a ouvert la porte de son royaume enchanté et ’achement clandestin.

JPEG - 65.5 ko
Image issue de « La faune étrange des sous-sols de Paris » - messes noires à gogo

Dans le cas de l’UX comme dans celui de l’ultra-gauche ou des braqueurs de banques, les journaleux font face à un problème évident quand ils souhaitent livrer un instantané rapide : les personnes véritablement impliquées dans des actions clandestines n’ont aucun intérêt à lever le voile sur leurs activités (sauf cas particuliers). Lazar le formule ainsi : « Ce serait vraiment stupide d’emmener des journalistes avec nous sur le terrain de nos actions. On aurait tout à y perdre. Une interview au téléphone, pourquoi pas, ça permet de recadrer certains trucs et d’éviter les rumeurs. Mais leur montrer nos lieux de travail ? On ne ferait jamais ça  ».

Il est sans doute difficile de résister à la tentation du raccourci et du spectaculaire mal ficelé quand on bosse pour M6 ou TF1 et qu’un sujet s’annonce plus complexe que prévu. Mais les naïfs dans mon genre pensaient qu’une institution telle que la BBC, même décatie, était plus ou moins à l’abri des plus flagrantes dérives du sous-journalisme contemporain ; que ses journalistes se donnaient les moyens de construire un sujet sur le long terme sans céder à la mode des pacotilles médiatiques. Au vu de cette histoire, ce n’est peut-être pas le cas... As said Lazar : « Avec cette affaire, on a vu s’ouvrir le capot du système médiatique, avec une bonne vue sur les mécanismes et les intérêts en jeu.  » Et c’est pas ragoûtant.



1 Pour d’évidentes raisons de cohérence et d’efficacité, l’UX ne dévoile jamais ses bases

2 C’est vrai pour la version radio. Le papier ensuite publié sur le site de la BBC fut corrigé de manière à indiquer que Lazar Kunstmann, porte-parole de l’UX, avait rué dans les brancards. Expédié en une phrase.

3 Ces propos m’ont été rapportés par Lazar Kunstman.

4 Tout ça est très bien raconté – entre autres – dans un livre publié en 2009 par les éditions Hazan, La Culture en clandestin, l’UX, plongée jubilatoire dans l’univers de cette armée souterraine. On y croise les membres de La Mexicaine De Perforation et leurs festivals de cinéma clandestins, les Untergunther, spécialisés dans la restauration, les filles du Mouse House, professionnelles de l’infiltration en lieu public, des légions d’amateurs de zones urbaines délaissées et de flics qui cherchent à les coincer. Tout un monde destiné à rester loin de la surface et soudain porté en pleine lumière par une plume bien trempée.

JPEG - 35.2 ko

5 Si l’UX emprunte parfois les catacombes comme moyen d’atteindre un lieu à restaurer ou faire vivre, elle n’en fait aucunement un but en soit.

6 Donnant son avis sur leur travail, leur supérieur à la BBC, Hugh Levinson, expliquait dans un mail envoyé à Lazar : «  Ils les deux usurpateurs ont dit qu’ils faisaient partie de l’UX et ont mené Lucy et Kirsty à un site artistique souterrain. La nature même d’une organisation clandestine, son organisation en cellules, font qu’il est impossible de prouver définitivement qu’un individu en est membre, ou ne l’est pas. » Défense un peu légère au vu des éléments...

7 We’re standing nervously on the pavement, trying not to fell self-conscious as we furtively scrutinise each passer-by.

8 Lazar : « En réalité, le contact mail des Untergunther se trouve en moins d’une minute (avec une connexion super lente). Tu tapes ’Untergunther’ sur Google... non même pas, tu tapes ’Unterg...’ et tu tombes direct sur le site ugwk.org, où tu trouves en évidence le mail pour nous contacter. »


COMMENTAIRES

 


  • Si même la BBC s’y met... ! En tout cas merci une fois de plus de nous donner une véritable info.



  • Même la BBC oO hébé………
    Presque j’en viendrais à regretter que ces deux boni-menteuses ne se soient pas retrouvées au fond du trou devant un genre de Bébert le surineur manière de se faire dépecer un p’tit coup, ça leur apprendrait à bobarder tiens……
    Non mais c’est vrai quoi ! Y en a marre de devoir se taper tout le boulot, recouper les sources et tout le tralala pour essayer d’avoir des infos pas trop caviardées :/

    Merci :-)



  • Disons-le tout net, le mauvais exemple vient du Royaume-Uni.



  • lundi 24 décembre 2012 à 07h44, par Philippa

    Sur la couverture de TIME magazine, il y a quelques semaines : la chute de la BBC. Pour infos fiables en anglais essayez plutôt Al-Jazeera English. Malheureusement ils négligent un peu l’Europe, mais ils sont excellents sur les autres continents



  • Dès qu’il y a médiatisation, il y a déformation. Puisque cet article lui même est à côté de la plaque.
    Mais ça c’est la force de Lazar enfin Lézar, plus fort que l’Urban exploration, il adore tourner les médias en bourrique, article 11 aussi. Transformer le fait en légende, c’est bien sa plus grande force.

    • dimanche 30 décembre 2012 à 14h38, par Eddy

      Dire que tous les médias sont corrompus, c’est un bon moyen de les en absoudre collectivement.

      Je crois que c’est exactement la même ligne de défense qu’emploieraient les deux cocottes de la BBC pour se justifier.

  • Répondre à cet article