ARTICLE11
 
 

lundi 15 février 2010

Vers le papier ?

posté à 21h54, par Lémi & JBB
98 commentaires

Vers le papier : sexe, presse and rock & roll !
JPEG - 22.3 ko

Branle-bas de combat ! Non content de batifoler en terre Internet, A11 a décidé de partir à l’abordage de rivages qui ne lui sont pas familiers : presse écrite, nous voilà (enfin : dans quelques mois…) ! Une sacré connerie, sans doute, qui va nous en faire baver comme jamais. Mais aussi un projet excitant et - qui sait ? - utile. Sexe, presse and rock & roll : advienne que pourra…

JPEG - 60.8 ko
« La presse n’est faite que d’une bande de tantouzes brutales. Le journalisme n’est ni une profession, ni un métier. Ce n’est qu’un attrape-connards et un attrape imbéciles à deux sous – une fausse porte donnant sur les prétendus dessous de la vie, une misérable et écœurante fosse à pisse condamnée par les services de reconstruction, juste assez profonde pour qu’un poivrot s’y terre au niveau du trottoir pour s’y masturber comme un chimpanzé dans une cage de zoo. »
Hunter S. Thompson
.

Cela peut sembler présomptueux. Ou crétin. Mort-né, voué à l’échec, ce que tu voudras. On ne se fait pas d’illusions, d’ailleurs : on sait Waterloo prévisible et Austerlitz peu probable. N’empêche, c’est quelque chose qui nous titille, qu’on évoque parfois, et même de plus en plus souvent. Pourquoi ne pas mettre Article11 sur le papier ? Réponses vasouillardes. Parce qu’Internet nous convient ? L’un n’empêche pas l’autre. Parce que ça coute cher ? On a mis quelques sous de côté. Parce qu’on court à la catastrophe ? Et alors ?

C’est une décision qui n’en est pas vraiment une. On a juste pensé qu’il était temps de lancer officiellement les hostilités, noir sur blanc. Pour t’impliquer, parce que c’est la meilleure manière d’avancer. Pour que tu puisses nous botter les fesses quand les choses trainassent. Pour que tu nous donnes ton avis, que tu te foutes de notre gueule ou que tu nous encourages. Bref, que tu participes.
On s’est aussi dit que ça allait être passionnant. Pour nous. Et - partant - pour toi. C’est le sens de cette nouvelle rubrique, Vers le Papier. L’idée est de te faire partager, par la bande, les différentes étapes de notre questionnement. Avec plein de casse-têtes chouettes à résoudre : journal papier ou magazine ? subventions ou pas ? distribution en kiosque via les NMPP ou à l’arrache ? faire appel à Philippe Val comme chroniqueur de luxe ou bien à papy Elkabach ? constituer une association ou s’abstenir ?… Des questions en suspens et qui détermineront la viabilité du projet.
Pour y répondre, pas le choix : il va falloir mettre les mains dans le cambouis. On va la jouer à notre façon, avec des entretiens, des rencontres, des circonvolutions, de joyeux élans d’enthousiasmes et de sombres épisodes marécageux, des avancées fulgurantes (si, si…) et de vastes pertes de temps. On va flairer le truc, renifler les alentours. Questionner ceux qui font la presse alternative d’aujourd’hui. Apprendre de leurs erreurs et - surtout - de leurs réussites. Tisser des liens, enrôler des bonnes volontés. Faire maturer le projet - enfin - en le confrontant au regard de ceux qui sont passés par là. On n’a que l’embarras du choix : du Tigre1 à Barricata, en passant - entre autres - par La Brique, CQFD, Fakir, Z, Le Plan B, Offensive ou Causette, les expériences passionnantes ne manquent pas.

Bien sûr, on ne part pas dans le brouillard complet. On a économisé un peu d’argent, assez pour tenir quelques numéros (enfin, on espère). On a commencé à faire le tour des enthousiastes, gens talentueux qui seraient disposés à s’investir un peu et à donner - comme nous - de leur temps sans en attendre une quelconque rémunération. On s’est fixé une date de sortie, comme un couperet déjà prêt à tomber sur nos chétives épaules : mi-septembre. On est d’accord pour refuser toute présence publicitaire (de la pub sur A.11 ? Tu nous as bien regardés ?). On sait plus ou moins de quel bois sera fait le contenu de la version papier : comme le site, mais en mieux… Et on a décidé - puisqu’on en parle - qu’il n’était pas question d’abandonner la version internet, ni de mettre le site en jachère. Dernier point, on a le nom de cette future publication : ben oui, Article11. Qu’est-ce que tu croyais ?

Voilà, c’est un début. Il n’y aura peut-être pas de conclusion. Mais on ne risque rien à essayer. Surtout, si jamais ça plante, on compte sur toi pour faire comme si de rien n’était et ne plus jamais nous en parler…



1 Le premier à passer à la moulinette de l’entretien, d’ici quelques jours.


COMMENTAIRES

 


  • lundi 15 février 2010 à 22h08, par Ubifaciunt

    Surtout, si jamais ça plante, on compte sur toi pour faire comme si de rien n’était et ne plus jamais nous en parler…

    Comme une interview de Crumb ???

    • lundi 15 février 2010 à 22h10, par JBB

      Espèce de salopard…

      Que les dieux du rosé te maudissent sur sept générations ! (voire huit)

      • lundi 15 février 2010 à 22h31, par Bichon

        Mouais...

        Les dieux du rosé n’ont jamais été bien méchant, donc y a pas de gros risque...
        et puis on doit tous avoir quelques listes de malédictions, donc une de plus ou de moins...

        • mardi 16 février 2010 à 15h27, par pièce détachée

          Paris —> Flunch de Limoges, pourquoi ne pas en faire un un récit initiatique dans le premier numéro d’Article XI papier ?

          Je souscris tout de suite.

          • mardi 16 février 2010 à 15h50, par JBB

            @ Bichon : pas méchant, les dieux du rosé ? Le jour-même, peut-être. Mais le lendemain, quand la gueule de bois attaque bille en tête, je ne dirais pas ça…

            @ pièce détachée : figure-toi, on y a pensé. Ça a tellement été la défaite que c’en devenait jubilatoire et classieux, une jolie journée à inscrire à la colonne « épopée de la loose ». Et que ça mériterait peut-être d’être couché sur papier.
            Même : on va dire que Lémi va s’y coller, histoire de ne pas perdre ta « souscription »…

            • mercredi 17 février 2010 à 08h24, par lémi

              @ Jbb et Pièce Détachée :

              En combien de feuillets ? J’ai déjà 15 pages sur le trajet en voiture, mais j’hésite encore sur l’importance à accorder au menu du Flunch. Est-ce que je dois m’appesantir sur les mirifiques pommes noisettes englouties par quintaux ?



  • lundi 15 février 2010 à 22h48, par Lionel

    Ça vaut ce que ça vaut, voilà mon avis : pas de crédit à la banque, pas de grosse logistique, pas de recours à un gros machin en général ; un modèle tel que celui de Fray ou MagCloud. Il y a encore des gens (quelques-uns) qui sont prêts à payer pour un support papier, mais il vaut mieux que ce soient des lecteurs, et non les éditeurs du titre…

    • mardi 16 février 2010 à 00h02, par JBB

      « pas de crédit à la banque, pas de grosse logistique, pas de recours à un gros machin en général »

      On est tout d’accord. On part sur un budget limité au maximum (enfin : sans que ça empiète sur la présentation/graphisme) et surtout - surtout - aucun contact avec une quelconque banque ou investisseur (là, aucun risque : qui voudrait investir ?)

      « un modèle tel que celui de Fray ou MagCloud »

      Je ne connaissais ni l’un ni l’autre, dois-je avouer à ma grande honte. Et ma maigre maîtrise de l’anglais ne me permet guère de creuser le sujet. Si ce n’est pas abuser, tu peux expliquer un peu plus comment ils fonctionnent ?



  • lundi 15 février 2010 à 23h30, par fred

    C’est une bien bonne nouvelle en ce début d’année morose.

    Ce sera qu’elle formule, les mêmes articles repris du site ou d’autres sujets ?



  • mardi 16 février 2010 à 04h08, par De Guello

    Ca va être dur.Avec dessins,photos ?Bon courage.

    Ubifaciunt parle de Crumb,alors comment ça c’est passé ?Ubifaciunt m’avait donné l’eau (ou le rosé)à la bouche de nous dire que vous alliez rencontrer Crumb.Comment,il est ce dessinateur ?Votre balade avec la clio ?Son livre sur la religion,surprenant ?

    • mardi 16 février 2010 à 08h56, par JBB

      « Ca va être dur. »

      Clair :-)

      « Avec dessins,photos ? »

      C’est l’idée.

      « Comment,il est ce dessinateur ? »

      Ben… on sait toujours pas : l’épopée a lamentablement foiré… C’est que le monsieur ne se laisse pas facilement approcher : un coup de fil encourageant nous avait laissé penser - la veille - qu’il nous recevrait, mais les choses ont été beaucoup plus compliquées le lendemain. On a fait 450 bornes avant que la mauvaise surprise n’advienne, soit le début des tractations, menées au bout du fil et sur une aire d’autoroute. Après cinq-six appels, on a finalement réussi à passer le barrage du (très méfiant) secrétaire de Crumb, pour finalement se faire envoyer sèchement sur les roses par l’artiste lui-même (échec qu’on a dignement célébré au très joyeux Flunch de Limoges). Bref : plantade, 900 kilomètres dans les dents…
      Mais qu’importe : on ne le se tient pas pour dit et on compte bien revenir à la charge. On l’aura…

      • mardi 16 février 2010 à 11h46, par De Guello

        Je suis déçu,de la façon qu’il vous a traité.Un type qui fait un livre sur la Genèse c’est affligeant.

        Vous pourriez faire un article sur votre copain,collègue:Mathieu Colloghan.

        • mardi 16 février 2010 à 15h54, par JBB

          « c’est affligeant »

          Il faut le comprendre : il doit être salement sollicité et cherche à se protéger.

          « votre copain,collègue:Mathieu Colloghan. »

          Ce serait une bonne idée, en effet. Et on espère surtout qu’on aura la chance d’accueillir ses dessins dans la version papier.

      • vendredi 19 février 2010 à 17h34, par Karl-Groucho Divan

        Ah...

        Fallait aller à Sauves, à l’épicerie « Chez Fouzia », et là, peu-être...

        Mais si Crumb était mon super préféré, je ne sais pas trop où le caser après sa Genèse au 1er degré. Beurque.

        Êtes-vous sûrs de vous côté conception et maquette ? Tracé régulateur, (vraie) grille, maîtrise du contraste (=de la lisibilité), etc. ?

        Gaffe, en bisbille avec les #*%¿¥‰ de « fournisseurs » (Ah ah !) d’accès, je n’ai accès à panet qu’en passant voir mon ouiphi favori et néanmoins rural, à douze bornes de ma tanière.

        • lundi 22 février 2010 à 22h24, par JBB

          Mince, je suis super à la bourre pour répondre… Désolé.

          « Fallait aller à Sauves, à l’épicerie « Chez Fouzia » »

          Dis-moi, t’as l’air de connaître : t’es un habitué du lieu ?

          « je ne sais pas trop où le caser après sa Genèse au 1er degré. »

          Clair, c’est assez étrange. En même temps, qu’importe : ce qu’il a produit avant lui permet pas mal de dérapages.

          « Êtes-vous sûrs de vous côté conception et maquette ? »

          « Sûrs de nous », non. Et même : pas du tout. Mais on compte sur un renfort de talent pour l’aspect maquette : on le voit mercredi.



  • mardi 16 février 2010 à 08h23, par joshuadu34

    Comme dis précédemment, en voilà, une bonne nouvelle ! Et les noms exemplaires cités en fin de votre (je ne vouvoie pas, hein, juste que deux, ça mérite le vous... Non, franchement, pour moi, la vraie marque de respect, c’est le tutoiement : la preuve ? Je tutoie les amis, la famille, ceux que j’aime, si c’est pas du respect, ça...) de votre, donc, article laissent espérer du bon, ce qui ne serait pas étonnant...

    Toujours est-il que je transmet l’info là où je n’ai pas claqué la porte, où là où on ne m’a pas viré à cause de mon franc parlé et de mon sale caractère (où, comme les cons qui ne supportent pas l’intégrité disent : de mon égo)... Là, au moins, je sais qu’on vous aime ! Et puis, ben si vous avez besoin d’un coup de main, pas forcément pro où financier (parce que là, franchement... enfin, je peux quand même encore m’acquitter du prix d’un bon journal, comme je le fais pour Fakir...), vous avez nos adresses mail (enfin, la mienne, hein...)

    Alors, je guette déjà la suite des infos...

    Voir en ligne : http://nosotros.incontrolados.over-...

    • mardi 16 février 2010 à 10h17, par lémi

      Et les noms exemplaires cités en fin de votre article : il en manque pas mal d’ailleurs, on réparera ça, promis...

      Et puis, ben si vous avez besoin d’un coup de main, pas forcément pro où financier : c’est noté, on n’hésitera pas.

      Alors, je guette déjà la suite des infos... : merde alors, on a la pression maintenant (smiley « Dans quoi on s’embarque ? »)



  • mardi 16 février 2010 à 08h31, par Dominique

    C’est une véritable manie à présent pour la presse en ligne : passer au papier. Bakchich, Mediapart et maintenant Article 11.

    Voir en ligne : http://champignac.hautetfort.com

    • mardi 16 février 2010 à 08h58, par JBB

      C’est vrai. (Il y a aussi NonFiction, que je n’ai jamais lu d’ailleurs)
      Ceci dit, les projets n’ont pas grand chose à voir. Pas plus en terme de ligne éditoriale que de budget : les deux que tu cites disposent (ou disposaient) d’un joli magot de départ, on a quelques piécettes…



  • mardi 16 février 2010 à 09h19, par Guy M.

    Dans le genre commentaire original, je dirai que c’est une bonne nouvelle.

    J’ai croisé Joffrin, l’autre jour : il faisait la gueule.

    Votre projet avait dû « fuiter ».

    (Ben oui, vous allez tous les bouffer.)

    Voir en ligne : http://escalbibli.blogspot.com

    • mardi 16 février 2010 à 10h09, par lémi

      Tu m’étonnes qu’il est au courant et qu’il a les chocottes. Tremblez, barbichus et moustachus, le 4e pouvoir est à nous (d’autant que question barbiche, JBB rivalise aisément avec Joffrin, et question moustache avec Plenel. On est parés...)

      (Ben oui, vous allez tous les bouffer.) : Ca ne fait aucun doute.



  • mardi 16 février 2010 à 09h20, par J. de L’E.

    C’est bon ça !

    Il me semblait bien que Ubi en avait parlé dans son papier sur votre départ précipité dans le sud, sous perfusion de rosé... donc nickel, plus y’a de fous et mieux la presse se porte...!

    Faites du noir et blanc , les gens !! L’avenir est au noir et blanc... héhé noir et blanc, 8 pages, simple mais efficace, non ??? Et au moins, ça sera pas cher et plus lu (enfin...)... Si vous nous pondez un Article 11 à 50 cts (allez, 1 euro max), ça serait génial, mais soit vous coulez en 10 jours comme BHL et son Imprévu, soit vous rencontrez un franc succès et vous détrônez la presse moustachue... (Mais sans Pinault, sauveur de L’Humanité, pour vous soutenir, ça va être plus compliqué... vous voulez son tel, à Pinault ? héhé)

    Et un jour, on se fera une grande journée de rencontres « Presse méchante et sans pub, presse qui a les crocs »... De Lille à Marseille, en passant par Paris (et Amiens, hein)... y’a moyen de ramener du monde.

    « On n’a que l’embarras du choix : du Tigre à Barricata, en passant - entre autres - par CQFD, Fakir, Z, Le Plan B, Offensive ou Causette » Je remarque que La Brique, isolée dans son grand Nord, passe encore à la trappe. Mais ce n’est pas grave, c’est notre lot, à nous les gens du Nord, à nous les pédophiles, chômeurs et consanguins... snif snif snif...

    Voir en ligne : http://www.lille43000.com

    • mardi 16 février 2010 à 10h28, par Dominique

      Je signale que BHL n’a pas coulé son journal : c’est son papa qui subventionnait l’entreprise et qui lui a coupé les vivres quand il a vu ce que son fiston faisait avec son argent de poche. En effet, pour nourrir la rédaction à l’heure du déjeuner, celui-ci commandait des canapés chez Drouant situé juste à côté ! Le prix du café ou du verre d’eau y est déjà largement prohibitif,, alors on ne dit pas celui d’un sandwich de luxe qui ne cale pas l’estomac. A ce rythme, le patrimoine de la famille aurait été vite englouti. Je ne sais pas si l’anecdote est exacte ou si l’on en a pas un peu rajouté, je l’ai lue également dans un essai mais je me dis que c’est trop beau.

      Voir en ligne : http://champignac.hautetfort.com

      • mardi 16 février 2010 à 11h40, par J. de L’E.

        L’anecdote est délicieuse et... tout à fait exacte. D’un de ses biographes :

        « C’est Jean Vincent qui a l’idée de chez Drouant. Cet excellent journaliste, de la vieille école, au corps atrophié, le chic dégingandé uniquement entretenu au whisky, y loge parfois sa garçonnière. Nourriture succulente. Service d’hôtellerie soigné. L’Imprévu va y tenir table ouverte, les deux dernières semaines de sa préparation, et puis encore le soir, après le bouclage, à partir du 27 janvier 1975, et ainsi jusqu’au jour du naufrage. Le douzième jour, hélas, tout est dit. Après onze numéros, le quotidien s’arrête, offrant une dernière fois, à cause de son titre, une astuce facile à ses détracteurs. »Ce n’est pas L’Imprévu qu’ils auraient dû l’appeler, mais L’Ephémère« , etc. »

        Je me permet de continuer (c’est si délicieux) :

        « Ventes du premier numéro : 25730 exemplaires. Du cinquième : 5861. Du huitième : 2520. Chiffres non communiqués, à la fin. »

        Et enfin - attention, là c’est du lourd -, tandis que le journal est mort et que le père André Lévy a allongé de 5 à 7 millions de francs « en perte sèche », que s’empresse alors de faire le fiston, notre BHL ?

        « Bernard-Henri Lévy emmène Michel Butel à la montagne. Ils feront du ski. Il a pensé à emmener deux filles avec eux, pour le repos des guerriers défaits. »

        Voilà la vraie histoire (en fait, vraie ou pas, le biographe tient ça de BHL et de tous ses potes)...

        • mardi 16 février 2010 à 12h17, par Dominique

          Ah ! Michel Butel ! J’avais lu un ou deux de ses romans pseudo-durassiens quand j’étais étudiant en lettres et j’avoue qu’il ne m’en reste aucun souvenir, pas même le titre. A l’époque, il fallait s’intéresser à ce genre de sous-littérature pour avoir un vernis de culture. C’est l’homme qui a réussi à couler les Nouvelles Littéraires (qui avaient quand même un demi-siècle d’existence avant lui) en les transformant en l’Autre Journal et qui aurait pu ruiner Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent s’ils s’étaient obstinés à le subventionner encore. C’était le beau temps de la Génération Mitterrand et d’un côté un peu bling-bling des amis de SOS-Racisme. Il a encore poursuivi dans des entreprises de presse de plus en plus calamiteuses sous la forme de feuilles. Qu’est-il donc devenu depuis ?

          Voir en ligne : http://champignac.hautetfort.com

          • mardi 16 février 2010 à 18h04, par un-e anonyme

            Il est chroniqueur dans Le Tigre (la bête).
            Cf. http://www.le-tigre.net/_Michel-But...

            • mardi 16 février 2010 à 22h56, par JBB

              @ J. de l’E. : eheh, j’espérais bien que ça allait déclencher une réaction chaleureuse de ta part. Je ne suis pas déçu :-)

              « Faites du noir et blanc , les gens ! »

              Il faut qu’on se concerte. Mais c’est vrai que le noir et blanc a quelque chose de très classe. Dans tous les cas, même s’il y a de la couleur, celle-ci restera discrète.

              « soit vous coulez en 10 jours comme BHL et son Imprévu »

              Si on a les mêmes moyens, je signe de suite. On ressort actuel, on importe une certaine poudre par kilos de Colombie et… je ne sais pas, mais ça péterait.

              « et vous détrônez la presse moustachue... »

              Attention : j’en suis un. Question pilosité, Plenel et moi jouons dans la même cour (pas Lémi, mais c’est parce qu’il est encore en pleine puberté…)

              « Je remarque que La Brique, isolée dans son grand Nord, passe encore à la trappe. »

              C’est impardonnable et je répare cet impair de suite. Note quand même qu’il y avait un « entre autre » qui ouvrait très largement le champ des titres concernés ; bien entendu, La Brique passera sur le grill comme les autres.

              « à nous les gens du Nord »

              C’est la même dans les Vosges :-)

              @ Dominique : tu me fais songer qu’on devrait peut-être essayer d’enrôler BHL. Il pourrait remplir la rubrique « reportages imaginaires » et on bénéficierait de ses connexions gastronomiques. Le pied…

              @ J. de l’E. (bis) : joli !
              Juste : où peut-on trouver un papa semblable à celui de BHL ? Je veux le même !

              @ Dominique (bis) : je te trouve dur avec Michel Butel. Pas pour ses romans - que je n’ai pas lu - , mais pour l’Autre Journal : de ce que j’ai vu du titre, il avait quand même une certaine classe. Ou même : une classe certaine.

              « qui aurait pu ruiner Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent »

              Preuve qu’il n’est pas si mauvais… :-)

              @ Anonyme de 18 h 04 : tout à fait.



  • mardi 16 février 2010 à 09h26, par J. de L’E.

    Ah oui, merde, j’ai oublié.

    Elle est d’où la citation de Thompson ???

    • mardi 16 février 2010 à 16h04, par JBB

      Honte à moi : cette phrase tourne sur le net, par exemple en un billet ici ou . Mais je n’ai pas trouvé la source réelle.
      En même temps, elle sonne tellement Hunter S. que je ne me suis même pas posé la question, la prenant pour argent comptant.



  • mardi 16 février 2010 à 09h40, par Soisic

    La photo de Diane Arbus avec le gamin et sa grenade en plastique n’a jamais aussi bien collé à un sujet d’article !
    L’idée est enthousiasmante et suivre l’évolution du projet le sera également...



  • mardi 16 février 2010 à 11h41, par panthea

    Je vous lis depuis quelques temps et j’avoue avoir hâte de vous palper héhé , avec une préférence également pour le Noir et Blanc (cf L’Oppressoir)

    Non ,je suis pas une folle égarée sur la toile, mais une lectrice avide d’articles « stylés ».

    Avec tous mes encouragements !

    • mardi 16 février 2010 à 23h11, par JBB

      Je vous en prie : palpez, palpez… :-)

      Toute blague grasse à part (c’est ma faute, j’ai bu un peu trop de rosé…), merci pour vos encouragements : ils nous vont droit au cœur.



  • mardi 16 février 2010 à 12h21, par AffreuxSale

    Découvrir, qu’en fait, ceusses-là même qui disent que « les médias, faut les passer à la kalach’ » sont férus de l’oeuvre d’Hunter S. Thompson (même s’ils le citent approximativement),ça, c’est du scoop, coco !

    Vous pouvez d’ores et déjà me compter dans les (futurs) lecteurs (assidus) !

    Voir en ligne : http://affreuxsalebeteetmechant.20m...

    • mardi 16 février 2010 à 23h16, par JBB

      Très content de te compter des nôtres !

      (Comment ça, « approximativement » ? Je crains d’avoir fait une erreur avec cette citation, j’aurais dû la vérifier : pour le fan absolu (oui : ça fait con comme formulation) d’Hunter S. que je suis, ça la fout vraiment mal…)

      • mercredi 17 février 2010 à 16h41, par AffreuxSale

        Séquence « gros ramage furieux » :

        Euh... En fait, y’a malentendu.

        Je faisais référence à Besson, citant Sarko 1er, qui aurait dit « Les médias, il faut les passer à la kalachnikov ».
        Du coup, c’était scoopesque de découvrir que Besson et l’Autre disaient grosso modo la même chose que Hunter S., comme s’ils le citaient approximativement.

        (Note pour l’avenir : ne plus jamais tenter d’expliquer une vanne qui a foiré lamentablement dès sa première sortie...)

        Voir en ligne : http://affreuxsalebeteetmechant.20m...

        • mercredi 17 février 2010 à 19h34, par JBB

          Si, si : l’explication donne un jour nouveau à ton commentaire. C’est comme le deuxième effet kiss-cool… :-)

          Bref, j’apprécie cette mise en contexte/explication à sa juste valeur. (Si, si, derechef…)



  • mardi 16 février 2010 à 12h49, par captp

    J’adorerais voir le résultat. Et le payer, bien entendu. Juste pour le plaisir de le faire tourner ensuite.

    Les vieux d’la vieille de par chez moi, le ternet, ils ont pas. Ou alors très peu, dans les clubs 3e âge où l’on discute plutôt de quelle sortie on va se faire avec le trésor de l’assoc’. Il y a des gens qui attentent, qui végètent. Et qui râlent encore plus qu’ils végètent.

    A mon (humble) avis, le GROS problème de la presse alternative (donc à peu près tous ceux sus-cités), c’est le manque de visibilité. On peine grandement à en trouver certains. Ce qui oblige souvent à faire une razzia sur les kiosques pour les faire réseauter ensuite, entre potes, ou à des connaissances plus ou moins proches, voire de parfaits inconnus. Car ne nous y trompons pas, en ayant discuté avec l’un ou l’autre vendeur, les gens sont plutôt frileux à l’approche d’un nouveau papelard. Donc le nouveau public, à part les trop curieux, il faut le sensibiliser.

    Je ne sais pas trop comment c’est ressenti du point de vue des auteurs et éditeurs de ces journaux, mais du point de vue du lecteur attentif, je le vois comme ça.

    Sinon, du point de vue « objet papier », mieux vaut proposer un « beau » journal, plutôt attrayant. Quelles que soient les idées qui y seront développées, le premier plaisir vient de l’acte de possession.

    Vais pas vous ennuyer plus longtemps avec mon point de vue qui n’engage bien évidemment que moi. Ca a simplement le mérite d’être un point de vue engagé ;)

    • mardi 16 février 2010 à 14h58, par #FF0000

      Je sais pas pour les autres journaux, mais Offensive progresse niveau vente, alors qu’il est assez difficile à trouver (« En cette fin d’année 2009, nous sommes deux fois plus lus que l’année précédente ! Nos ventes oscillaient auparavant entre 1000 - 1200 exemplaires, ce qui était déjà plus qu’honorable. Aujourd’hui, chaque numéro est acheté par 2000 - 2500 personnes. » cf. le site de l’OLS) et que l’OLS comme orga est juste totalement inexistante.

      • mardi 16 février 2010 à 23h26, par JBB

        @ captp : « Et le payer, bien entendu. »

        Fais gaffe, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. On va te faire les poches et vider ton compte !

        « le GROS problème de la presse alternative (…), c’est le manque de visibilité »

        Tu touches très juste. Pour le cas que je connais bien, Fakir, la visibilité est - selon François Ruffin - le problème majeur. Ce qu’il appelle « la bataille de la diffusion » (eheh, il aime bien les grands mots (François, si tu passes dans le coin : coucou)). C’est un vrai casse-tête : comment se faire connaître sans faire de pub ni bénéficier des relais de la presse dominante ? Comment élargir le cercle de ses lecteurs quand la grande majorité des gens ne souhaitent guère ouvrir leurs horizons de lecture ? En tout cas, je n’ai pas la réponse.

        « le premier plaisir vient de l’acte de possession. »

        Oh que oui.

        « Vais pas vous ennuyer plus longtemps avec mon point de vue »

        Au contraire : n’hésite pas à développer.

        @ #FF0000 (mazette, quel pseudo !) : merci pour l’info. Faut avouer qu’ils font un très bon journal, je trouve.

        • mercredi 17 février 2010 à 00h54, par un-e anonyme

          C’est le code hexadécimal pour le rouge. Intéressant, hein ? ;-)
          Promis je trouverai autre chose d’ici peu (parce que oui, ça me plait de changer).

          Sinon, à mon avis, la question de la visibilité est secondaire par rapport à la question de la pérennité, dans une premier temps au moins (et à moins de vouloir en faire un investissement). Aucun journal se voulant plus ou moins « alternatif » ne peut sérieusement espérer faire de gros volumes. Le problème pour certains c’est qu’ils ont une structure qui ne leur laisse guère le choix (Bakchich par exemple).

          Reste à faire concorder les frais imposés par ce genre d’aventure et les rentrées éventuelles (à ce propos je sais pas quelle est la part des financements publics chez Fakir, Plan B, CQFD, etc. ?). C’est pour cette raison que les beaux objets type l’Offensive (jolie papiers ! jolies couleurs !) me laissent dubitatif ; s’ils sont à l’équilibre, qu’ils le vendent moins cher, s’ils le sont pas, qu’ils rognent sur l’impression pour commencer. Sur cette question, CQFD a un bon compromis, à mon humble avis (même s’ils galèrent niveau finance d’après ce que j’ai pu comprendre).

          En fait la question de la visibilité est un « gros » problème à partir du moment où l’on veut bouffer avec sa feuille. Tant qu’on s’en tient au rosé on doit pouvoir se donner le temps pour construire, pour asseoir la possibilité matérielle d’une diffusion un peu plus large (cad faire concorder frais/entrées). A moins de s’appeler Siné et de faire un mauvais journal sur la pub d’un mauvais procès, bien sûr, là c’est tout de suite plus simple. :-)

          L’ennui là dedans c’est que visibilité et pérennité se rejoignent : faut bien vendre quelques canards si on veut éviter de perdre de la thune. Et puis y a pas mal de questions problématiques qui se posent assez vite : combien on en imprime ? C’est pour ça que je parle de souscription en dessous (ce que font pas mal les musicos indé qui te font payer l’album avant de l’avoir fait histoire d’avoir les deniers pour louer un studio) : ça permet de compter les premières troupes.

          Et pour information, ça vaut pas grand chose mais le premier journal français en terme de diffusion (Ouest-France, 800 000 et quelques par jour, c’est à dire très exactement à l’opposé de la chaîne par rapport à l’Article XI putatif) rapporte 1,60eur par exemplaire (moitié publicité, moitié prix de vente : il coûte 0,80eur), et coûte 1,52eur tout compris (rédaction, production - OF a 7 ou 8 rotatives - et diffusion).

          • mercredi 17 février 2010 à 13h13, par A.S. Kerbadou

            LE DERNIER PARAGRAPHE.
            Juste pour le rendre plus clair :

             × prix de vente/pièce +0,80€
             × apport (pub)/pièce +0,80€
             × total (vente+pub)/ +1,60€
             × coût/pièce (prix de revient) -1,52€
             × bénéfice/pièce +0,08€. Huit cents.
            Là-dessus, faut déduire les impôts sur le bénef (de la société ou des revenus des protagonistes).

            Ce genre de rapport ne marche que pour la production en massse (800000 pièces). La marge bénéficiaire, faible, est compensée par le nombre (massif) de pièces (journaux) vendues.

            • mercredi 17 février 2010 à 19h50, par JBB

              @ #FF0000 (une fois le pseudo expliqué, c’est encore meilleur) : « à ce propos je sais pas quelle est la part des financements publics chez Fakir, Plan B, CQFD, etc. ? »

              Pour le Plan B, aucune idée. Chez Fakir, il est très limité et indirect : il consiste en un emploi aidé (même pas à temps plein, d’ailleurs). Et chez CQFD, il me semble aussi (mais je peux dire une connerie) que la seule chose pouvant relever d’un financement public est, itou, l’emploi aidé, mais au pluriel ce coup-ci.

              « C’est pour cette raison que les beaux objets type l’Offensive (jolie papiers ! jolies couleurs !) me laissent dubitatif ; s’ils sont à l’équilibre, qu’ils le vendent moins cher, s’ils le sont pas, qu’ils rognent sur l’impression pour commencer. »

              Offensive a un énorme avantage (enfin : ça dépend comment on voit les choses) : le magazine n’est pas distribué en kiosque. A partir de là, l’aspect vente directe coupe court au parasitage financier des messageries, ce qui enlève un énorme poste de dépense.
              Pour ceux qui font le choix des kiosques (qu’on fera aussi), je te rejoins aussi : mieux vaut faire le choix d’un journal chiadé qu’un magazine coûteux. CQFD est un très bon compromis, en effet. Quant au Tigre, il vient de prouver - avec sa toute nouvelle version, qu’un journal pouvait être très beau et aussi réussi graphiquement qu’un magazine.

              « En fait la question de la visibilité est un »gros« problème à partir du moment où l’on veut bouffer avec sa feuille. »

              Pas mieux :-) Si l’objectif est de se verser un salaire, mieux vaut lancer un friterie, à mon avis.
              (C’est épatant : on est d’accord sur tout.)

              « C’est pour ça que je parle de souscription en dessous (…) : ça permet de compter les premières troupes. »

              En ce sens, oui. Une forme d’abonnement ou d’achat au numéro avant la sortie du premier, ça serait une très bonne chose. Mais je ne suis pas convaincu que ça change grand chose au schmilblick, tant le volume de sous que ça représente ne pourra guère être important.

              @ A.S. Kerbadou : diantre, tu as l’air de savoir de quoi tu parles. (Comme #FF0000, d’ailleurs)

              Vous savez que vous feriez tous deux des recrues de choc ?

               :-)

              • mercredi 17 février 2010 à 22h03, par #FF0000

                Pas sûr, dans le fond je suis bête et méchant (et pas du tout parisien, par ailleurs) ; mais ça serait avec plaisir que je filerais un coup de main, reste à savoir quoi. ;-)

              • jeudi 22 avril 2010 à 23h41, par g.

                Réponse un peu tardive mais je tenais à apporter des correctifs à deux choses dites sur le journal Offensive :

                C’est pour cette raison que les beaux objets type l’Offensive (jolie papiers ! jolies couleurs !) me laissent dubitatif ; s’ils sont à l’équilibre, qu’ils le vendent moins cher, s’ils le sont pas, qu’ils rognent sur l’impression pour commencer.

                A partir du prochain numéro (n°26, courant mai 2010), le journal change de prix à la baisse (de 5 à 4 euros) sans diminuer de pages ni de type d’impression !
                Par ailleurs le prix s’explique d’un journal ne s’explique pas seulement par rapport à la qualité d’impression mais aussi par rapport à la quantité d’exemplaires imprimés

                Offensive a un énorme avantage (enfin : ça dépend comment on voit les choses) : le magazine n’est pas distribué en kiosque. A partir de là, l’aspect vente directe coupe court au parasitage financier des messageries, ce qui enlève un énorme poste de dépense.

                Le trimestriel Offensive est en kiosque depuis l’automne 2008. Et c’est l’augmentation des ventes en kiosques sur les derniers numéros qui permet cette baisse de prix ! C’est vrai que le passage en kiosque s’était traduit par une augmentation du prix (de 3 à 5 euros) et de la pagination (44 à 52 pages).

                http://offensive.samizdat.net

                http://atheles.org/offensive

                Très bonne nouvelle que ce projet d’Article 11 en version papier.

                • samedi 24 avril 2010 à 10h27, par JBB

                  Yep

                  On peut dire que tu débarques après la bataille, oui :-)
                  Mais c’est cool que tu sois venu rétablir quelques vérités. Ce serait encore plus cool si on pouvait en parler autour d’une ou deux bières, et publier l’entretien en résultant. Ça te dirait ?

                  (Au pire, je crois savoir de quoi « g » est le début de prénom. Je te balance un mail d’ici peu)



  • mardi 16 février 2010 à 14h46, par #FF0000

    Ouvrez des souscriptions / abonnements si vous avez besoin pour financer le canard, il y aura sûrement quelques allumés pour croire en vous. Sinon soyez sympa : faites un bon vieux journal bien dégueulasse qui laisse plein d’encre sur les doigts, avec cette odeur aussi jouissive que gerbante qui se mélange si bien à celles de la clope et du café.

    • mardi 16 février 2010 à 16h24, par JBB

      « il y aura sûrement quelques allumés pour croire en vous. »

      C’est qu’ils en seraient capables… :-)

      Pour l’instant, on a un tout petit capital de côté. On va tenter de se lancer comme ça, et puis on verra bien.

      « avec cette odeur aussi jouissive que gerbante qui se mélange si bien à celles de la clope et du café »

      Eheh, je vois qu’on aime les mêmes choses. On va essayer, donc. (Mais pas trop « dégueulasse », quand même)



  • mardi 16 février 2010 à 14h51, par tgb

    p’tain les mecs z’avez peur de rien - article 11 en version papier ? ah ce que c’est que de l’odeur de l’encre, seule sueur finalement palpable du journaliste - bon ben puisque vous savez d’avance que vous faites une connerie faut la faire absolument parce que c’est bien la seule chose qu’on puisse regretter à la fin - de ne pas avoir fait assez de conneries et va savoir avec un peu de malchance ça pourrait réussir

    Voir en ligne : http://rue-affre.20minutes-blogs.fr/

    • mardi 16 février 2010 à 23h31, par JBB

      De ce côté-ci (les conneries), on est plutôt blindés : il n’en est pas beaucoup à côté desquelles nous soyons passé. Mais qu’importe : ça en fera une de plus à notre palmarès. Et une belle !

      « avec un peu de malchance »

      On croise les doigts :-)



  • mardi 16 février 2010 à 15h40, par Isatis

    Hohoho...... Héhéhé.............. Ça, c’est sûr que ça doit gratter l’envie du papier ; si vous avez envie ben allez-y, on sera quelque uns à acheter et si ça n’a qu’une vie de collector et bien tant pis, ça aura quand même vécu !

    N & B pour moi aussi, classe, chic même sur un support faiblard.

    Sinon, vous devriez vous rapprocher un tantinet du grand Gégé pour le sponsoring............ des bouteilles de rosé, ça doit tuter une conf. de rédac. :-)) Et pis, c’est un pote à Castro........ bon, bon, je sors, inutile de pousser..........

    • mardi 16 février 2010 à 23h34, par JBB

      Bien noté pour le noir et blanc : vous commencez à être beaucoup à militer pour, ça va faire pencher la balance.

      « vous devriez vous rapprocher un tantinet du grand Gégé pour le sponsoring. »

      Je suis pris d’un doute, là. Tu penses bien à ce Gégé-ci :

      Ça va pas coller, alors : je crois qu’il est plutôt amateur de rouge.



  • mardi 16 février 2010 à 16h03, par wuwei

    Je m’abonne seulement si le premier numéro est consacré au débat sur l’identité nationale et si vous ne divaguez pas trop comme le prétend Alfred. Je pense que Tavel et Clairet seront à l’honneur pour la sortie du Numéro 1 !

    « La presse est une bouche forcée d’être toujours ouverte et de parler toujours. De là vient qu’elle dit mille fois plus qu’elle n’a à dire, et qu’elle divague souvent. »
    Alfred de Vigny

    • mardi 16 février 2010 à 16h20, par JBB

      Tu vas être content : on a prévu une interview de sept pages d’Eric B. - titrée Sous ma carapace, je suis un homme doux et sensible - , une longue étude pratique - Les dix meilleurs façons de saluer le drapeau - et même une partie « lifestyle » - Pourquoi bombers, rangers et tonfas reviennent à la mode ?

      Alors : heureux ?

    • mardi 16 février 2010 à 16h34, par Karib

      Ah ! la belle nouvelle. Mais les odeurs d’encre et de papier mêlées à celles du café (plaisir furtif que je ne méconnais pas) sont celles d’un quotidien. J’imagine que vous ne pensez pas pousser le suicide jusque là, sauf à taper BHL de quelques millions d’euros. Je ne doute pas qu’il sera beau, bien écrit et donnera de la ligne à retordre à ceux qui n’auraient eu l’habitude que de la presse gratuite ou de Paris-Match. Mais comme le soulignait justement plus haut « captp », la grande réussite serait de toucher précisément ceux-là et pas seulement les convaincus. Imaginez une rame de métro le matin transportant au chagrin des dizaines, non, des centaines de lecteurs d’Article XI qui éclateraient de rire en voyant le malheureux ouvrir, tout seul, Direct Matin.

      • mardi 16 février 2010 à 16h58, par Captp

        Naaaan

        L’irréductible, il faut qu’il lise le Figaro !

        Obligé :D

        (Quoi ? comment ça c’est pas un journal ? )

      • mardi 16 février 2010 à 17h13, par Captp

        A propos :

        article 1er de la loi du 2 avril 1947, « la diffusion de la presse imprimée est libre. »

        Si vous proposez un n°0 gratuit pour « appâter le chaland », histoire de bien lancer le bouzin, je veux bien me proposer pour le distribuer dans ma ville (de plus de 250 000 habitants)... vous avez les mails des commentateurs de toute manière.
        Et si d’autres lecteurs sont du même avis que moi...

        (ou même des tracts pour annoncer all over the hexagon qu’il est bien né, et que les nouveaux parents sont ravis, toussa... « La liberté d’expression écrite, garantie par l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et par l’article 10 de la convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales, a été qualifiée de liberté fondamentale par le conseil constitutionnel ( décision 84-181 DC du 11 octobre 1984) »)

        • mardi 16 février 2010 à 23h55, par JBB

          @ Karib : grand merci pour ces douces paroles, camarade.

          « J’’imagine que vous ne pensez pas pousser le suicide jusque là, sauf à taper BHL de quelques millions d’euros. »

          Tu imagines bien :-)
          (Quoique s’il y a moyen de délester BHL, même juste de quelques milliers d’euros… on dit pas non)

          « Imaginez une rame de métro le matin transportant au chagrin des dizaines, non, des centaines de lecteurs d’Article XI »

          Ce serait bien. Mais je crois bien que si la rame compte déjà un lecteur, on sera très content.

          @ Captp : Le Figaro lu sur un Iphone, voilà la définition de l’identité nationale dans le métro…

          @ Captp (bis) : « je veux bien me proposer pour le distribuer dans ma ville »

          Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd… euh, devant les yeux d’un aveugle… enfin : c’est bien noté. On en est encore loin, mais c’est clair que le moment venu ce type de renfort sera plus que bienvenu. Merci :-)

          « La liberté d’expression écrite, garantie par l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 »

          Pour ne rien te cacher, c’est de là que vient le nom de ce site.

          • mercredi 17 février 2010 à 10h41, par Captp

            Article 11, c’était le clin d’oeil à rappeler ...
            Ce genre de choses ne se loupe pas, bien entendu.

            « Un soir, dans le vent, je rejoindrai les partisans de ceux qui ont de l’amour pour la vie ; un soir, dans la nuit, il suffira d’un instant pour comprendre la force d’être unis ». Mano Solo, Du vent.



  • mardi 16 février 2010 à 17h05, par Galactus_09

    Et pourquoi pas des pub uniquement sur le rosé ? C’est frais et ça ne fait de mal à personne .. ;)

    • mardi 16 février 2010 à 17h55, par Benjamin

      Et se faire sponsoriser par Alka Seltzer, ouep...

      Sur ce coup-là je me permets de répondre : Avec lémi on avait justement pensé se lancer dans un Gueule de Bois Magazine (« GDB Mag », pour les intimes) un soir de picole, et puis on l’a finalement enterré dés le réveil du lendemain, à grands cris de « plus jamais ça ». Sur le moment ça semblait plus une bonne idée, bizarrement.
      Payer de sa personne pour la cause journalistique d’accord, mais y’a des limites quand même.

      Mais pourquoi pas un numéro spécial un de ces quatre, histoire de recycler quand même toutes nos bonnes idées (carburant à force boutanches) et expériences de première bourre sur le sujet ?

      A réfléchir (sobre).

      • mardi 16 février 2010 à 23h45, par JBB

        @ Galactus_09 : pour ce type de partenariat, c’est Lémi qui sera à la manoeuvre. Vu qu’il réalise le quart du chiffre d’affaire des producteurs français du breuvage, il devrait réussir à nous décrocher quelques encarts…

        @ Benjamin : une (très) bonne idée n’est jamais perdue. On n’a qu’à dire que Gueule de Bois Magazine sera notre premier hors-série, à paraître au bout d’un an d’existence d’A11 papier. Au vu de l’espérance de vie limitée du projet, je ne prends guère de risques…

        • mercredi 17 février 2010 à 08h38, par lémi

          @ Ben

          t’es pas un peu maboul de balancer comme ça notre idée de génie au vu et au su de tous ? Qui sait combien de rapaces traînent en ce lieu, à l’affut d’idées aussi brillantes...

          @ JBB

          Vu qu’il réalise le quart du chiffre d’affaire des producteurs français du breuvage : Seulement français ? Et les « mélanges de différents vins de la communauté européenne », c’est du pipi de chat ?



  • mardi 16 février 2010 à 18h26, par tibo

    Merde, encore un journal qui va falloir soutenir à coup de dons, d’abonnement et de distribution à la criée...
    Et bien soit. Bonne chance.

    • mardi 16 février 2010 à 23h36, par JBB

      Oui, ça commence à faire beaucoup, hein ?

      (Mais bon, il y aura moyen de régler le montant du numéro en bouteilles de rosé : une bouteille, un numéro ; un cubis, un abonnement)



  • mardi 16 février 2010 à 23h11, par peau d’ours

    Si vous avez besoin de relecteurs, pensez à moi !

    • mardi 16 février 2010 à 23h35, par JBB

      On a besoin de tout le monde.

      Hop : t’es embarqué d’office dans la galère !

      • mercredi 17 février 2010 à 11h54, par A.S. Kerbadou

        Pas fallu longtemps pour passer de l’idée, de monter un club, à la volonté de la mettre en branle !
        M’accepteriez-vous comme membre hyperactif ?

        A propos de Fray et de MagCloud.
        Je veux bien expliquer si Lionel n’a pas répondu.
        Le principe de Macgloud est le meilleur. Seul investissement :
         × impression (noir et blanc, quelques radis),
         × routage.
        Le reste n’étant que connexions neuroniques engagées au service de la mentalité Article 11.

        • mercredi 17 février 2010 à 19h56, par JBB

          Merci pour l’explication.

          Si je ne me trompe, on se trouverait dans la même situation, non ? (Comme une bonne partie des canards alternatifs) Les contributeurs sont bénévoles - ou le sont en bonne part - et le seul réel poste de dépense est celui de l’impression/diffusion.

          Ou je me trompe ?

          • mercredi 17 février 2010 à 19h59, par JBB

            Ah , et j’oubliais le plus important : on ne demande qu’à recruter de joyeux ou joyeuses frappadingues. Le mieux, c’est que tu me balances un mail : jbb.article11 (at) gmail.com Si t’es sur Paname, on se boira quelques bières ; sinon, on le fera de façon virtuelle (mais c’est moins bien).

          • jeudi 18 février 2010 à 01h36, par A.S. Kerbadou

            Tu as déduit juste pour Fray, que je trouve un peu « pauvre ».

            MagCloud est, en réalité, un éditeur - non impliqué dans le choix de la publication - diffuseur.
            Via le net, il met sa logistique au service de l’auteur de la publication qui se charge lui-même de la conception-composition. Transmission de projet de maquette virtuelle, réception d’exemplaire papier.
            Une fois, la forme finale décidée par l’auteur, MagCloud s’occupe de l’impression, fait la promo sur son site et diffuse pour de 0,20 us$.

            Le principe est plus que simple, à appliquer.
            Quelques bons logiciels et programmes. Pas mal de créativité et de technicité informatique.
            Pour ce qui est de l’impression, couleur ou non, c’est ce qui pose le moins de problèmes (argent, s’entend).

            Les vraies questions :
            Une publication dans quel but ?
            Quelle ligne éditoriale ?
            Quelle formule ?

            Le propre de notre époque est qu’on peut tout faire soi-même de A à Z. Puis, il semble y avoir quelques bonnes volontés de qualité.
            Pardon, pour la longueur et merci pour l’invitation.
            Une missive dans 48h, ça ira ?.

            p.s. pourrais-tu Jeter un oeil en fin de forum sur les articles Warschawski et Le son 1/4. J’aimerais un avis.

            • lundi 22 février 2010 à 22h30, par JBB

              Mince, j’avais raté ta réponse :-)

              Grand merci pour les précisions, ça éclaire joliment le projet en question.

              « Les vraies questions : Une publication dans quel but ? Quelle ligne éditoriale ? Quelle formule ? »

              Sur ça, on a un tout petit avantage : l’existence du site depuis plus d’un an et demi. La ligne éditoriale existe déjà, donc on va plus ou moins la conserver intacte. Pour le reste, je crains qu’on n’ait pas encore les réponses.



  • mercredi 17 février 2010 à 07h10, par nicocerise

    Faut vraiment être fou pour avoir une idée pareille.

    Vous voulez pas vous enrichir plutôt ?

    Voir en ligne : ceriselibertaire

    • mercredi 17 février 2010 à 08h29, par lémi

      Eh eh, et si justement cette idée visait à nous enrichir, en douce ? C’est bien comme ça qu’a commencé Bolloré, non ?

      • mercredi 17 février 2010 à 17h56, par joshuadu34

        C’est bien comme ça qu’a commencé Bolloré, non ?

        Oui, exact ! Et juste après, il a hérité... tiens, ça me fait penser à l’histoire de Rotschild qui a commencé en vendant des pommes...

        M’enfin, ch’sais pas... Y en a pas un qui aurait des parents (même éloigné) pourris de fric ? Un petit croche patte en haut de l’escalier et hop ! Voilà Art. XI sur les rails (attention toutefois aux fers à béton) !

      • mercredi 17 février 2010 à 19h29, par nicocerise

        Un journal à la dimension d’une feuille OCB ce serait original

        Voir en ligne : ceriselibertaire

        • mercredi 17 février 2010 à 20h02, par JBB

          @ joshuadu34 : le truc, c’est qu’on est très doué pour les croche-pattes ; mais beaucoup moins pour le fric… Bref, on fera avec les moyens du bord, sauf si on se déniche une trempe de braqueurs de banque.

          @ Nicocerise : clair. En plus, on serait sûr qu’il tourne vraiment, là…



  • mercredi 17 février 2010 à 18h14, par pièce détachée

    Et pour le financement, pourquoi pas des bouteilles de rosé Cuvée Article XI, étiquetées par Tristan et Matthieu Colloghan ? La classe ! (si vous les buvez pas toutes avant d’en avoir vendu...)

    La souscription, comme dit quelqu’un ci-dessus, c’est une bonne idée : on compte les troupes en même temps que ça permet de démarrer.

    Pour ma part, comme je ne donne jamais un rond à la Croix Rouge, aux Pièces Jaunes, au Téléthon, et même pas à l’Humanitaire Haïtien Inc.®, je sais plus quoi faire de mon fric. Profitez-en !

    Et puis tiens, je mets mon @dresse. Relecture, diffusion, contributions même pas encore imaginables... Depuis le temps que j’extorque 528 € par mois à l’État, je brûle m’impliquer dans les bonnes œuvres.

    • mercredi 17 février 2010 à 20h08, par JBB

      Eheh…

      Tu ne peux pas le voir, mais je souris franchement et gaillardement. Pour un peu, je sautillerais même comme un abruti.

      Que je te dise : ça fait un bail qu’on lit tes commentaires avec une admiration résolue, Lémi et moi (et on n’est pas les seuls). Qu’on se dit que ce serait génial de te voir participer. Et qu’on guette les commentaires, en espérant voir apparaître ton adresse mail. Et là, paf : on l’a ! Le bonheur. (sérieusement, en plus)

      Bref, tu n’es pas dans la merde…
      Là, je n’ai pas le temps de m’étendre. Mais je te promets que tu vas largement regretter de nous avoir abandonné cette adresse : on va t’assiéger de mails jusqu’à ce que tu nous livre des textes !

      A très vite :-)

      • mercredi 17 février 2010 à 20h26, par lémi

        @ Pièce Détachée

        J’appelle ça mettre la main dans le sac à scorpions tout en tendant l’autre vers la hyène affamée et sidaïque... Une erreur d’envergure, si tu veux mon avis, du genre à te condamner au Flunch de Limoges et à la piquette ignoble pour le restant de tes jours... (Smiley qui singe JBB et, pour un peu, sautillerait même comme un abruti. )

        • mercredi 17 février 2010 à 21h55, par pièce détachée

          @ JBB :

          Tu as déjà vu passer mon @dresse dans un mail d’encouragement (carcasse toute désossée d’Article XI en panne), mais tu ne savais pas que j’étais géniale. C’est comme d’avoir jeté sans réfléchir la première note de blanchisserie de BHL : ah, si on avait su.

          @ Lémi :

          Le risque majeur n’est peut-être pas du côté que tu crois : je suis moi-même une « erreur d’envergure », comme me l’a rappelé l’an dernier mon aimable mère (« quand je suis tombée enceinte de toi [il y a 57 ans], j’étais embêtée, mais embêtée »...). C’est peut-être pour ça que les compliments m’effraient tant : il doit y avoir erreur sur au moins une personne (laquelle...).

          • lundi 22 février 2010 à 22h36, par JBB

            « mais tu ne savais pas que j’étais géniale »

            Si, je le savais déjà. Mais je ne comprends pas comment j’ai pu laisser ainsi passer ton contact. Je me repends, je m’en veux et je me repends derechef.

            « ah, si on avait su.
             »

            Bah oui mais : maintenant, je sais.



  • jeudi 18 février 2010 à 00h23, par un-e anonyme

    Je m’abonne tout de suite !

    Guillaume

    • jeudi 18 février 2010 à 01h36, par lémi

      Ok, le premier bulletin sera pour toi. Ceci dit, je crois qu’il faut encore attendre un tout petit peu. Un chouïa (genre : entre 6 mois et 6 ans...)



  • jeudi 18 février 2010 à 01h38, par SL

    ca sera dispo en province ?

    • lundi 22 février 2010 à 22h37, par JBB

      On espère bien :-)

      Normalement, on devrait choisir la solution la plus risquée de toutes : distribution dans toute l’hexagone, pour les ploucs comme pour les autres :-)



  • vendredi 19 février 2010 à 19h09, par Miguel Enfoiros

    Belle initiative !!! Depuis notre pti blog, on vous la souhaite bonne et longue, l’aventure.

    On vous achètera avec avidité, on vous avalera avec délectation, et on fera tourner avec gourmandise - fume, c’est du bon !

    Si on peut vous être utile à quelque chose, vous filer du biscuit ou abonner la Confrérie des Consanguins en masse, n’hésitez pas à nous coller un mail.

    Bien à vous,

    Miguel.

    • mardi 23 février 2010 à 00h28, par JBB

      Grand merci :-)

      « on vous avalera avec délectation »

      T’es sûr ?

      « abonner la Confrérie des Consanguins en masse »

      On vous fera un prix de groupe. Deux magazines par crâne rasé, minimum…



  • samedi 20 février 2010 à 16h27, par L

    Ici aussi le vieux ciel craque, et l’on tente désespérément d’en balayer chaque débris d’imposture...

    Un message, comme une parenthèse, né de la simple envie de traverser la brèche, et de dire juste pour ce que ça vaut : « ici aussi, je vous lis... »

    J’ai 22 ans, je suis encore étudiante, et depuis tout ce temps, l’on voudrait me faire croire que je suis morte. On me travaille au corps depuis tout ce temps, pour que je puisse sagement suivre le chemin que l’on m’a tracé...

    Heureusement, j’ai pu quelque peu en réchapper, et je devrais aujourd’hui être fière de faire partie de « l’élite théâtrale française » comme ils se plaisent à dire... Car oui, j’ai eu la « chance » d’étudier dans de grandes écoles d’art, et je devrais donc à présent m’enorgueillir d’avoir su gravir les quelques échelons qui m’ont fait passer du milieu « modeste » des petites gens anonymes à celui des artistes engagés qui vont gentiment reproduire très exactement les procédés par lesquels on fait du théâtre mort en pensant qu’il s’agit d’art vivant...

    Nulle prétention de vous raconter ma vie, non, juste l’envie de vous dire « MERCI », de l’endroit où je suis, « étudiante scénographe quelque part par là... », qui tente chaque jour de continuer à penser, à construire et inventer des chemins en forme d’attentats poétiques, pour ne pas déjà mourir...

    Et tandis que gravitent autour de moi des jeunes déjà vieux, et des vieux qui ont oubliés de vivre, que l’idéologie rampante fait ici, peut être encore plus de dégâts qu’ailleurs parce que joie et prétention sont devenues absolument prescriptibles ; et bien oui, il est infiniment plus important de pouvoir, parfois, plonger dans des chemins de pensées qui ont le gout du vent...

    "Moi, j’espère debout comme un moulin

    Et nous sommes plusieurs fois quarante

    nous sommes des milliers

    La révolution ça commence par se choisir un nom

    Avant que ce ne soit l’ennemi qui nous appelle..." (S.)

    Bon courage à vous...

    • mardi 23 février 2010 à 00h35, par JBB

      Je réacte en retard, mais : très joli commentaire. J’aime bien ce que tu dis et la façon de le dire. Rien que cette phrase d’intro :

      « Ici aussi le vieux ciel craque, et l’on tente désespérément d’en balayer chaque débris d’imposture... »

      J’aime.

      Tu sais quoi ? Si - parfois - tu en marre du théâtre, viens agiter ta plume avec nous : un aussi joli coup de clavier ne saurait manquer d’avoir de passionnantes choses à dire.

      «  »étudiante scénographe quelque part par là...« , qui tente chaque jour de continuer à penser, à construire et inventer des chemins en forme d’attentats poétiques, pour ne pas déjà mourir... »

      Je dirais que tu n’as pas grand chose à craindre : tu devrais réussir à repousser la morne et ennuyante morte encore longtemps.
      Et puis, grand merci pour les gentillesses.

      • jeudi 25 février 2010 à 17h14, par L

        Et bien....
        Merci pour cette jolie réponse..!
        Et je suis touchée de l’invitation, si si...
        A vrai dire, ce serait un plaisir, « d’agiter ma plume avec vous »...
        Je ne sais ni quand ni comment, mais pourquoi pas.
        N’hésitez pas à m’écrire...je serais à Paris bientôt...

  • Répondre à cet article