ARTICLE11
 
 

vendredi 4 novembre 2011

Médias

posté à 19h09, par Mathieu Colloghan
98 commentaires

Un journal de moins, un peu de liberté en plus

Or donc Charlie Hebdo brûle et c’est super grave. Plus grave que le funeste destin de la Baraka, le squat de la rue des Pyrénées, aux cendres pas encore froides et qui indiffère tant... C’est plus grave car s’attaquer à la presse, c’est le tabou des tabous, la tragédie des tragédies, quasiment crime contre l’humanité. C’est super grave, voire plus. Et ça ne se discute pas. Ah bon ?

Post-scriptum du 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur. Charognards ! Pour que les choses soient bien claires, il y a ce texte.

*

« Un journal qui meurt, c’est un peu de liberté en plus »
C’était en Une du dernier numéro de feu Le Plan B.
Derrière la provocation, cela posait une vraie question : les journaux sont-ils nos amis ?
La question est d’actualité. Regardez les médias depuis trois jours : l’incendie criminel dont Charlie Hebdo a été victime (oui, c’est mal : comme ça, c’est dit) fait l’ouverture des 20 h des chaines nationales et du 8 h d’Inter, permet de noircir de pleines pages dans les quotidiens. Et c’est l’union nationale au niveau politique pour condamner « l’acte ignoble ». Tout le monde vent debout pour défendre la liberté de la presse !

JPEG - 449 ko
« Une » non corpo...
.

Je ne vais pas revenir sur la ligne politique et « l’impertinence » du journal « satirique » Charlie Hebdo. Et pourtant, ça me taraude de rappeler la haine des syndicats, les attaques contre AC ! et le « corporatisme des chômeurs », contre «  le néo-pétainisme  » des terroristes-épiciers de Tarnac et leurs toilettes sèches « symboles d’un obscurantisme radical » ou contre les partisans du « Non » au TCE comparés aux collabos de la Seconde Guerre mondiale. De rappeler les accusations d’antisémitisme et le sobriquet de « rouge-bruns » décerné à tout-va, l’éloge du bilan social de Jospin Premier ministre et de l’intervention au Kosovo, l’ode à la « liberté de ton » d’un dessinateur d’extrême-droite hollandais, le traitement très différenciés des religions etc... Forcément, j’ai du mal à me retenir...
Mais ce n’est pas le sujet. Clairement, Charlie Hebdo n’est pas dans notre camp. À en croire une légende urbaine, depuis que Val a trouvé, sur France Inter, chaussure (à clous) à son pied, Charlie ne serait plus avec Charb ce qu’il a été. L’équipe de l’hebdo, après le départ volontaire de son timonier, aurait soudain vu la lumière et ce qui a été ne serait plus. Bof... Là n’est pas la question.

Charlie Hebdo n’est pas du tout le seul journal que quelqu’un essaie de faire taire.
La censure existe en France. En nombre, de petits journaux radicaux tombent tout les ans. Victimes de condamnations financières de l’État, du retrait de l’agrément postal (véritable liquidation économique à la discrétion de la Poste), du changement de règlement des messageries NMPP, des condamnations pour injures (l’info peut être juste mais, si elle est injurieuse, elle entraîne des condamnations), du préjudice économique (là, toute critique d’entreprise est impossible), de la guerre économique etc ...

Mais là n’est pas la question non plus.

La question, c’est l’obligation de défense de la liberté inconditionnelle de la presse qui serait garante de notre démocratie. Obligation qui ne souffre aucune remise en cause.
Voila la grande question.

JPEG - 235 ko
Crève !
.

Voila qui pousse Olivier Besancenot, facteur de gauche, à pétitionner pour la survie de France Soir, quotidien qui vomit au gré de ses colonnes sa haine des fonctionnaires, des syndicats, des grèves.

Cela a pourtant été démontré à plusieurs reprises depuis décembre 1995 ou depuis la campagne du TCE : les médias mentent, c’est à dire qu’ils participent activement à la propagande libérale (la « pédagogie médiatique »1). Oui, pas tous, mais vu le nombre de journaux, et d’exemplaires de ces journaux, émissions radios, télé ... les médias mentent dans une telle proportion qu’il devient superflu de préciser « en majorité ». Pour une poignée de titres et d’émissions respectables (Le Monde Diplo, Fakir, La-bas si j’y suis, FPP, La décroissance, Z, Article 11, CQFD etc...), c’est en flot continu que la pensée libérale se déverse par les multiples organes du même animal médiatique.

Je ne dis pas qu’il faut censurer, interdire.
Les actionnaires et les annonceurs le font très bien quand les journalistes, pour des questions de survie professionnelle, ne les ont devancés.
La censure ne se fait pas à base de cocktails molotov, mais avec du pognon.
Et ce n’est pas notre problématique. Nous n’en avons ni l’envie, ni les moyens (de cette censure ; faut suivre un peu, tout de même...).

Revenons-en à l’obligation de défendre les médias (en se frappant très fort la poitrine).
Nous disions donc que le « 4e pouvoir » n’est pas un contre-pouvoir, mais un outil largement aux mains des ennemis de la justice sociale.
Y a-t-il un devoir de défendre des gens se trouvant dans l’autre camp2 ? Et surtout, en quoi cela s’imposerait-il comme plus grave, comme un devoir sacré, impératif pour tout démocrate ?

JPEG - 173.1 ko
« Il n’y a qu’un dieu, c’est la Liberté-de-la-presse et les zotages Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière en sont les prophètes. »
.

Pourquoi ne parler des otages français à l’étranger que lorsqu’il y a des journalistes parmi eux (vous avez remarqué, à la fin du 20 h, il n’y a plus la pensée pour les zotages) ?
Pourquoi considérer qu’en temps de guerre, il serait plus grave de tuer un journaliste étranger que des civils locaux ?
Pourquoi l’incendie d’une rédaction serait plus dramatique que l’incendie du garage Renault d’Aulnay ou d’une maternelle à Épinay ?
Pourquoi s’attaquer à un journaliste est plus condamnable que de s’attaquer à un délégué syndical, pratique de plus en plus courante dans l’indifférence générale ?
Pourquoi l’incendie de Charlie serait-il plus important que l’incendie du squat de la rue des Pyrénées où résidaient 40 familles de Rroms ? Et ceci malgré un mort lors de cet incendie ? Et le fait qu’il fasse suite à plusieurs incendies criminels anti-rroms.
Pourquoi celui de Charlie est-il plus abominable ?3

Non. Ces questions ne se posent.
On les balaie du revers de la main en les taxant de nulles et non-avenues. De populistes et anti-démocratiques.

S’attaquer aux médias est PLUS grave car ... les médias nous le disent. Tout comme les sondologues expliquent que les sondages prouvent que les sondages sont garants de la démocratie. Tout comme les enseignants enseignent que l’enseignement est vital.

M’est avis qu’une seule de ces proposition est juste.

JPEG - 140.1 ko

Oui, foutre le feu à un local est criminel et dangereux. Ne serait-ce que pour les voisins. Mais brûler un local de journal n’est pas plus grave que de brûler un local syndical.
Il n’y a pas de devoir de se précipiter pour condamner le plus vite possible l’équipe de Charlie Hebdo ou les musulmans en général (suivant là où l’on voit des coupables4).
Il n’y a pas là d’atteinte au sacré qui justifie mobilisation de tous les croyants.
Si ?



1 Visitez souvent le site d’Acrimed. C’est un ordre.

2 Pour les médias dans notre camp, il y a une bonne raison. Abonnez-vous.

3 Une petite liste pour remettre les choses en contexte : À Paris un squatt de Rroms a été victime d’un incendie criminel en octobre ; À la Porte de la Villette, un campement de Rroms a été victime d’un incendie criminel en juillet ; À Orly un campement de Rroms a été victime d’un incendie criminel en avril ; À Ivry-sur-Seine un campement de Rroms a été victime d’un incendie criminel en février ; À Orly un campement de Rroms a été victime d’un incendie criminel en janvier (un autre) ; À Bobigny un campement de Rroms a été victime d’un incendie criminel en février ; Ça ne fait pas sens, ça, mon salaud ?

4 Qui a parlé d’arnaque aux assurances ?


COMMENTAIRES

 


  • vendredi 4 novembre 2011 à 22h05, par Quadru

    D’accord à 100%
    Juste deux points qu’on pourrait mentionner pour compléter ce texte : l’aspect gros profit commercial, et le jeu en miroir avec les barbus, qui ne fait que les renforcer. J’en ai causé là :
    http://quadruppani.blogspot.com/201...

    • samedi 5 novembre 2011 à 11h46, par Colloghan

      Tutafait.
      Et la réaction indignée de ton lecteur, considérant que tu soutiens l’attentat (malgré les premières lignes de ton billet qui disent l’inverse) puisque tu n’es pas totalement dévot à la cause Charlihebdesque est une démonstration d’autant plus convainquante qu’en une phrase il résume ce que les gros médias fredonnent à l’envie depuis une semaine : ce sont les musulmans qui ont fait l’coup.
      Enfin, si ça s’trouve, c’est toi qui l’a écrit le courrier courroucé !
      (Par contre ton 2e lecteur vomit Euloge Schneider. Or un prêtre défroqué, héraut du « maximum » révolutionnaire, raccourciçant les bourgeois alsaciens ce n’est pas la vision la pire que je me fais de la laïcité. Je sais, c’est un autre débat)

      • mardi 8 novembre 2011 à 13h19, par Remugle

        (Par contre ton 2e lecteur vomit Euloge Schneider. Or un prêtre défroqué, héraut du « maximum » révolutionnaire, raccourciçant les bourgeois alsaciens ce n’est pas la vision la pire que je me fais de la laïcité. Je sais, c’est un autre débat)

        Ce n’est qu’un débat, continuons le combut...

        Amis de l’Histoire....bien content que Lebas et Saint-Just aient fait exposer sur l’échafaud de Strasbourg, et guillotiner plus tard à Paris cet Euloge, dictateur corrompu et mégalo ;

        être prêtre défroqué n’implique en rien être révolutionnaire !



  • samedi 5 novembre 2011 à 00h08, par un-e anonyme

    D’accord avec toi, mec !

    (Sinon, faudrait corriger : « le squat de la la rue des Pyrénées, aux cendres pas encore froides et qui indifférent tant » en « le squat de la rue des Pyrénées, aux cendres pas encore froides, et qui indiffère tant », en supposant que c’est le funeste destin, ou le squat, qui indiffère, plutôt que les cendres.)

    • samedi 5 novembre 2011 à 11h08, par JBB

      Hop, c’est corrigé.

       :-)

      • samedi 5 novembre 2011 à 11h28, par Colloghan

        Noui.
        Pour moi, c’était les cendres qui indifféraient, pas le squatt.

        Menfin, question tographe, je fais profile bas. C’est le problème avec Article 11, les lecteurs ont le profile de Maître Capelo, avec un dico dans chaque poche. Nan, j’déconne, ils en ont seulement le physique de Maître Capelo !.

        • samedi 5 novembre 2011 à 16h36, par un-e anonyme

          Mouais, bon, ça se discute... Sinon pour les dicos, ben non, j’ai beaucoup plus de deux dictionnaires. Comment t’as deviné pour Capello ? C’est l’un de mes maîtres spirituels, avec Garcimore et Henri Chapier.

          • dimanche 6 novembre 2011 à 00h20, par Colloghan

            Le jour où Monsanto arrivera à créer un hybride à partir des patrimoines génétiques de Garcimore, Chapier et Capello, on regrettera les OGM de première génération !

            • dimanche 6 novembre 2011 à 14h13, par un-e anonyme

              N’empêche qu’à l’époque, les bouffons médiatiques avaient une certaine classe, comparé à la bande à Charlie...
              Et sinon, faire flamber les locaux de A11, ça vous tente pas ? Vous seriez héberger par Libé, ça vous changerait du bar du coin. ;)



  • samedi 5 novembre 2011 à 00h38, par un-e anonyme

    L’unanimité de la presse est formelle : les incendiaires sont forcément de méchants islamistes ! ça ne se discute pas !

    Mais la réalité s’avère souvent un peu différente des versions policières... (soit le vrai = un moment du faux...)

    Patience...



  • samedi 5 novembre 2011 à 12h18, par T¤rDrE

    petite oubli, par distraction certainement :

    La liberté de VENDRE PAR N’IMPORTE QUEL MOYEN la presse.

    En imaginant que Joseph Stallanchon et ses soviets hygiéniques putsch la fRANCE dans les orties, ils se reconvertirons sans vergogne.Ce qui les intéressent dans la presse c’est le pouvoir et l’aura.



  • samedi 5 novembre 2011 à 12h57, par Bullshit

    Quelle est l’urgence et l’intérêt de cet article si ce n’est de déverser un fiel fort peu constructif et régler les comptes de vieilles rancœurs ? Vous avez êtes allé sur le terrain, faire un reportage sur les squats de roms dont Article 11 nous aurait donné la primeur. Manifestement non. A part de la branlette qui ne mènera nulle part je ne vois rien. Alors fermez-là, c’est le minimum de décence requis.

    • dimanche 6 novembre 2011 à 00h17, par Colloghan

      C’est un ordre ?

      • dimanche 6 novembre 2011 à 20h48, par Bullshit

        Ce n’est qu’une supplique. Je suis simplement atterré. Non que je sois un fan de Charlie Hebdo, dont je n’ai pas lu une page depuis plus de 10 ans. Qui croyez-vous en a quelque chose à foutre des éditos de Val d’il y a cinq ans ? Je suis attristé pour vous. Vous ne valez guère mieux et vous ne vous en apercevez pas. Que d’énergie gaspillée ! Battez-vous plutôt pour vendre des articles sur des sujets importants, sur le terrain des faits et non sur celui des polémiques de pacotille. Et ça c’est un ordre. Vous croyez aller où sinon ? Si votre but est seulement de vous faire plaisir et d’épater vos potes, alors je n’ai rien dit, mais faudra pas se plaindre des méchants.

    • dimanche 6 novembre 2011 à 11h48, par Vince

      L’urgence ? L’intérêt ?
      Montrer que certains se délectent de manipulations et de couv’ tordues pour surfer sur l’air du temps ?

      Personnellement, quand je vois « fermez-là » et « décence » dans la même phrase, je me dis que l’auteur de ladite phrase devrait écouter ses propres conseils.

      • dimanche 6 novembre 2011 à 21h08, par Bullshit

        Ah ouais ? Et la manipulation rhétorique/émotionnelle en faisant une comparaison vaseuse avec un fait-divers sordide (squat incendié) pour appuyer son propos, c’est pas dégueulasse ? En écrivant un article polémique à trois balles pour se faire mousser plutôt que de faire un reportage sur le fait-divers en question bien qu’on dise que ce dernier est plus important, c’est pas minable ? Je ne pense pas tout ceci à 100 %, et ma conclusion pourrait être : avec des raisonnements à la con et pas fins comme les tiens, on peut aller loin. Tu sembles penser que le vice n’est que chez les autres. Grand bien te fasse. La décence, en ce qui te concerne, serait de ne pas me donner des leçons de morale et de tolérance, alors ferme là.

        (nota bene : je choisis le mode d’expression que je veux, et il faut vraiment être débile ou borné pour considérer l’exhortation d’un internaute comme une tentative de censure ou je ne sais quoi d’approchant)

        • dimanche 6 novembre 2011 à 21h21, par Colloghan

          Un fait divers, un énième campement de rroms incendié ?
          Et l’incendie de Charlie Hebo, si on ramène ça à un fait divers, est-ce que cela ne devient pas problématique ?
          (je ne réponds pas sur le reste, je ne pense pas qu’il y a volonté de débattre quand on affirme « vaseux » de combattre deux « faits divers » qui ont tout de même un paquet de points communs).
          M.



  • samedi 5 novembre 2011 à 13h34, par Zgur_

    Salut

    Totalement d’accord avec les questions évoquées dans ce billet.

    Et non, la connerie Valesque à Charlie-Hebdo n’a pas cessé avec le départ de son directeur Kim-Il-Sunguesque vers le remplacement d’Yvan Rioufol au Figaro (en passant d’abord par France Inter).

    Notamment, sur un sujet important :

    A cause de rien à lire et sans doute d’une petite déprime passagère (tout lu d’Article11 papier, du Diplo, de CQFD, de Fakir et de Politis), il m’est arrivé d’acheter malencontreusement quelques numéros de Charlie depuis que Val a quitté la rue de Turbigo.

    Et j’y ai retrouvé ces quelques fois, entre quelques bons dessins (faut être honnête), des propos assez pitoyable de mensonges et de mauvaise foi sur Denis Robert et les affaires CLeastream.

    Et, non, contrairement aux allusions infectes (voir chez http://charlieenchaine.free.fr) de Malka, l’avocat de Charlie ET de Clearstream, je n’adule pas Denis Robert. Je l’ai lu, je l’ai soutenu. Je le lis encore et je le soutiendrai encore devant la mauvaise foi manifeste Charb à ce sujet.

    Donc, je n’oublie pas. Et la prochaine fois que je serai en manque de lecture, j’achèterai TéléPoche plutôt que Charlie Hebdo.

    Pour finir, je dirai que je suis totalement d’accord avec Serge Quadruppani et très énervé par la pétition de LMSI.

    Celle ci contient, à mon avis, un beau tissage de quelques amalgames puants. Ce n’est finalement, en réponse à l’unanimisme douteux en faveur de Charlie, qu’une instrumentalisation en miroir d’un incendie criminel dont on ne sait pas grand chose.

    La recherche de la vérité est bien loin de tous ces esprits.

    Voilà.

    Et maintenant que je me suis épanché, je vais, avec ou sans votre permission utiliser mon commentaire pour faire un joli billet dans ma zone à moi.

    Feignasse je suis, je sais ;0)

    Arf !

    Zgur_
    http://zgur.20minutes-blogs.fr/

    • samedi 5 novembre 2011 à 19h12, par GoG

      Bonsoir,

      Je suis curieux de connaitre les amalgames qui vous énervent dans cette pétition, les arguments développés me semblent assez proches de ceux de l’article ci-dessus, auquel me semble-t-il, vous souscrivez.
      Merci de m’éclairer,

      GoG

    • dimanche 6 novembre 2011 à 00h14, par Colloghan

      Peuh ! On fait le fanfaron, mais on le poste pas