ARTICLE11
 
 

samedi 1er mars 2014

Inactualités

posté à 10h37, par Serge Quadruppani
30 commentaires

Retour à Nantes (Réflexions autour de la manifestation du 22 février et ses suites)

Samedi dernier, l’heure était à la manif à Nantes, contre l’aéroport, Vinci et son monde. Un brin de castagne, beaucoup de monde. Une déferlante médiatique a suivi, hallucinée et servile : le centre-ville aurait été dévasté, la manif gâchée, la population de Nantes traumatisée... L’ami Serge Quadruppani revient ici (entre autres) sur la construction médiatico-politique d’un consensus et les leçons à en tirer.

Les habitants de Nantes et les dizaines de milliers de personnes qui ont participé dans cette ville à la manifestation du 22 février contre l’aéroport de Notre-Dame des-Landes ont eu la possibilité de vérifier de leurs propres yeux un phénomène bien connu : dès qu’il s’agit d’informer à chaud sur des manifestations un tant soit peu agitées, les médias dominants renoncent sans barguigner à ce fameux pluralisme qui, paraît-il, les légitimerait. Avec une belle unanimité, ils se transforment en porte-paroles du ministère de l’Intérieur et le suivent jusque dans ses plus ahurissantes assertions.

Deux phrases et un refrain

Deux phrases revenaient en boucle : « La manifestation a dégénéré » et (prononcée la première fois par le préfet) « la fête a été gâchée (comme si c’était aux journalistes et au corps préfectoral de décider ce qu’est une « fête » et une bonne manifestation). « Nantes dévastée » : ce refrain avait quelque chose de comique, à force d’être repris en chœur, de Libération au Figaro et des télés à France Culture. Deux engins de chantier brûlés, un bureau de Vinci saccagé, un commissariat maculé, un peu de mobilier urbain et un petit nombre de vitrines plus ou moins endommagées, quelques fourgons caillassés : voilà tous les ravages qui n’ont pas un instant empêché des milliers de Nantais de s’adonner ce samedi après-midi au lèche-vitrine, à la consommation en terrasse, à l’achat de marchandises, bref, à tout ce qui résume le bonheur de vivre dans le monde auquel appartient le projet d’aéroport. Et le lendemain, il n’était pas rare de rencontrer des habitants cherchant en vain ces fameux ravages qui devaient bien exister puisque les médias les avaient mentionnés1.

JPEG - 55.1 ko
Munitions utilisées lors de la manif

Une fois de plus, on a pu assister à la mise en œuvre de ce savoir-faire français dont une précédente ministre de l’Intérieur s’était un peu maladroitement faite la VRP à la tribune de l’Assemblée nationale, en le proposant à Ben Ali pour mater l’insurrection tunisienne. On sait qu’après avoir longtemps fourni au monde des techniques de contre-insurrection et des tortionnaires, la France réalise des bénéfices à l’export dans le maintien de l’ordre. Elle ne vend pas seulement du matériel, mais aussi des techniques de gestion des mouvements populaire et la doctrine qui va avec2. Protection maximum des forces de l’ordre, nouveaux matériels (grenades assourdissantes et gaz surpuissants) et répression ultra-efficace à zéro mort.
Cette disparition du trépas de l’horizon manifestant, fruit d’une modernité qui refoule la mort pour mieux domestiquer la vie, on ne va pas certes pas la regretter. Mais l’excellence répressive à la française implique aussi de distribuer largement blessures et mutilations aux manifestants, notamment par le recours aux tirs tendus de grenades et aux flashballs visant la tête. S’inscrivant dans la droite ligne d’une longue liste de contestataires éborgnés depuis plus d’une décennie, un participant à la manif de Nantes a perdu (ou risque de perdre) un œil3. Avec lui comme avec tous ceux qui ont subi des blessures, la solidarité est essentielle, le combat sur le terrain judiciaire indispensable. Comme le dit très bien le site Face aux armes de la police : « S’il y a toujours quelque chose d’absurde dans le fait d’adresser une revendication au pouvoir, surtout quand c’est celui qui nous mutile, il y a des coups à jouer et donner pour entraver l’usage de ces armes. »

Manif encagée, parcours imposé (ultra-court et hors du centre commerçant), préparation médiatique (« La manif de tous les dangers ») : on peut s’interroger sur le dispositif qui avait été mis en place par les gestionnaires de l’ordre. Contraindre les manifestants à marcher sur des avenues à l’écart ne pouvait qu’exacerber la tension et transformer en points de fixation de la colère les barrages policiers qui empêchaient d’accéder au cœur marchand de la ville. Que tout cela ait été certainement pensé ne doit pas nous faire tomber dans la bêtise complotiste qui voit toute casse accompagnant une manifestation comme le résultat de manipulations policières. C’est sur cette pente glissante que s’étale notamment une élue anti-aéroport dans une lettre ouverte à Ouest-France. Après avoir raconté que les policiers lui avaient annoncé que les « black blocs » allaient « gâcher » la manifestation, elle ne craint pas d’écrire : «  Je m’étonne donc que les forces de l’ordre n’aient pas été au fond plus efficaces puisque cela aurait dû être leur mission, n’est-ce pas  ? Puisque l’on sait désormais interdire un spectacle avant même qu’il n’ait lieu, et puisque nous n’avons pas sur la ZAD 1 000 casseurs ni blacks blocs, pourquoi ne les avez-vous pas fait arrêter avant leur arrivée  ? » On ne saurait se mettre plus ardemment du côté de la police4.

C’est que l’élue en question adhère à la vision exprimée par d’autres commentateurs, journalistes écolos et porte-paroles de la petite entreprise « Les Verts »5 selon laquelle la casse « déconsidère » le mouvement et « gâche la fête », pour reprendre les termes mêmes du préfet. À ce propos, Fabrice Nicolino a fort bien répondu sur son site dans un texte adressé à Hervé Kempf : « Crois-tu sérieusement qu’on parlerait encore de Notre-Dame-des-Landes sans eux ? [les « violents »] Penses-tu - mais dans ce cas, écris-le ! - que les traditionnelles protestations auraient permis à elles seules de bloquer ce foutu chantier ? Moi, je suis certain que la détermination sans faille des zadistes - dont un nombre x sont aussi jeunes et violents que je l’ai été - a permis la création d’un rapport de forces favorable à notre combat commun. Attention ! Je ne prétends pas qu’ils auraient suffi, car je suis sûr du contraire. Il fallait aussi, bien entendu, la mobilisation des habitants, des paysans de la Conf’, de la gauche non inféodée… » On arrête là la citation, Nicolino se laissant aller à citer les Verts comme alliés, mais il met le doigt sur un point essentiel. Nous sommes nombreux à l’avoir constaté : si, le 22, il a bien dû y avoir quelques propos hostiles aux « casseurs »,